Chiropratique / Chiropraxie

La chiropratique ou chiropraxie, chiropratie, chiropractie est une méthode de médecine non conventionnelle qui vise à la prévention, au diagnostic, au traitement des pathologies mécaniques de l'appareil neuro - musculo - squelettique, du rachis,...



Catégories :

Médecine non conventionnelle

Recherche sur Google Images :


Source image : chiropratique-paris.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La Chiropratique. Présentation de la Chiro · Comment Soigne le Chiro... 1ère profession de santé manuelle au monde validée par la science et reconnue par... (source : chiropractic-limonier)
Description des os du carpe dans un tableau du College of Chiropratic des États-Unis.

La chiropratique (du grec kheir, main et praktikos, prononcer kiro-pratique) ou chiropraxie, chiropratie, chiropractie (termes non-officiels selon la WFC) est une méthode de médecine non conventionnelle qui vise à la prévention, au diagnostic, au traitement des pathologies mécaniques de l'appareil neuro-musculo-squelettique, du rachis, et de leurs effets secondaires. Les méthodes utilisées sont essentiellement manuelles[1]. La méthode a subi des attaques d'organisations médicales américaines diverses au milieu du XXe siècle mais la Fédération Mondiale a depuis été reconnue par l'OMS.

Histoire

Daniel David Palmer, fondateur de la chiropratique.

La chiropratique a été découverte dans les années 1880 par Daniel David Palmer, qui possédait déjà une certaine notoriété de rebouteux[2] et présenta cette méthode comme une expérience religieuse[3], afin d'échapper au harcèlement judiciaire des médecins et des ostéopathes[4]. La méthode fut déclarée officiellement en 1895 avec la fondation de la Palmer School of Chiropractic.

Son fils, Bartlett Joshua Palmer, colonel de réserve dans la Garde Nationale, a poursuivi son œuvre en la développant et en l'adaptant aux connaissances scientifiques de l'époque, fréquemment avec le désaccord total de son père. Il fonda la première école de chiropratique près de Chicago en 1902 ; école qui resta ouverte (au contraire de 95% des écoles de médecine), après les conclusions du Rapport Flexner de 1910, puisque conforme à la nouvelle norme moderne des écoles de santé aux États-Unis d'Amérique.

la Fédération Mondiale de Chiropratique (WFC) est membre de l'OMS depuis 1993[5]. La chiropratique s'est vu consacrée comme profession de santé complémentairepar le Comité mondial olympique depuis 1992[6], [7].

La chiropratique est officiellement la troisième profession de santé aux États-Unis[8] après la médecine générale et la chirurgie dentaire.

Principes généraux

Définition de la Chiropratique (Association Française de Chiropratique AFC et Société Franco-Européenne de Chiropratique SOFEC)  : L'art chiropratique consiste en la prévention, le diagnostic, et le traitement des pathologies mécaniques, réelles ou supposées, de l'appareil neuro-musculo-squelettique, surtout du rachis, et de leurs conséquences. Les thérapeutiques sont conservatrices, essentiellement manuelles.

La colonne vertébrale et le bassin jouent un rôle essentiel dans la démarche diagnostique et thérapeutique.

Le chiropraticien est un thérapeute de premier contact. Les patients peuvent le consulter directement. Le diplôme de Docteur en Chiropratique (DC) lui confère la possibilité de procéder au diagnostic et au traitement des pathologies et des différentes atteintes qui relèvent de sa compétence. À ce titre, il n'hésitera pas à pratiquer des examens, à vous référer pour avis ou pour traitement complémentaire vers un autre praticien selon les obligations de l'état de santé du patient.

L'identification des perturbations fonctionnelles de l'unité fonctionnelle vertébrale est obtenue par différents moyens entrecroisés (liste non exhaustive)  :

Les perturbations fonctionnelles du dispositif locomoteur axial sont nommées «subluxations.» Elles sont situées surtout au niveau de la colonne vertébrale et du bassin. Par contre, il y a plusieurs techniques qui existent au niveau des extrémités.

Les interférences nerveuses, conséquences neurologiques de ces subluxations, entraînent des états douloureux ou des perturbations fonctionnelles, ou alors organiques, qui affectent globalement la vitalité et a fortiori l'état de santé général.

Après avoir identifié les subluxations par une méthode diagnostique spécifique et l'analyse chiropratique, le chiropraticien entreprend alors la correction des subluxations (selon un protocole de soins) au moyen d'apréciséments chiropratiques.

L'aprécisément chiropratique consiste en l'application, avec la main, d'une pression ponctuelle modérée et non forcée, c'est-à-dire une impulsion précise, non traumatisante et codifiée, sur un segment ostéoarticulaire selon une technique dite HVLA : haute vélocité, faible amplitude. La différence entre l'aprécisément chiropratique et d'autres formes de manipulations vertébrales est la très grande spécificité c'est-à-dire que l'impulsion est donné sur un seul segment dans un vecteur donné. On dit tandis qu'il s'agit d'une manipulation vertébrale à court bras de levier.

La majorité des chiropraticiens, a aussi recours à des instruments pour réaliser leur manipulation (Ex de la technique Activator, ou de la technique Petitbon) ou à des tables de manipulation multi-articulées (Technique Thompson ou Chiropractic Biophysics). Les chiropraticiens pratiquant une technique dite de Flexion/Distraction segmentaire (COX) utilise une table particulièrement spécialisée, pour traiter spécifiquement la pathologie discale.

Également, le Docteur en chiropratique utilise fréquemment des méthodes dites complémentaires comme les ultrasons, la cryothérapie, l'électrothérapie etc.

Dans de nombreux cas, le chiropraticien prescrira des exercices qui aideront à favoriser le retour du patient à ses activités de la vie quotidienne.

La prise en charge du chiropraticien, ne se résume pas qu'à la pathologie vertébrale commune, mais également s'intéresse aux pathologies dites «tissus mou» (ex : Tendinopathie de l'épaule, épicondylite, myoaponévrosite plantaire, etc. ).

Aussi, plusieurs chiropraticiens utilisent aussi des formes de thérapies myofasciales telles que Active release technique (A. R. T), Graston technique, points gâchettes ou d'autres formes de massage profond, associées à des exercices de réadaptation.

Il est de la philosophie de la chiropratique d'éduquer son patient à une meilleure hygiène de vie, tant au niveau de son alimentation que de son mode de vie, plus exactement au niveau de ses habitudes de sommeil et d'activité physique. Ainsi, le Docteur en chiropratique s'assure d'avoir un effet global sur la santé de chacun de ses patients.

C'est par conséquent, de par tout ces moyens que le chiropraticien permet d'optimiser la santé de ses patients et de prévenir les troubles neuro-musculo-squelettiques.

Formation

Palmer College of Chiropratic à Davenport en Iowa.

Les études de chiropratique sont des études supérieures essentiellement en écoles privées de niveau universitaire, ou dans quelques universités, elles durent 6 années post bac, les élèves sont soumis à des contrôles constants[9]. Ces études sont basées sur une norme officielle mondiale rigoureuse (adoptée officiellement par de nombreux pays développés) et sanctionnées par un doctorat en chiropratique mondialement agréé (USA, Canada, Mexique, Australie, Japon, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Israël, Jordanie, Royaume-uni, Allemagne, Belgique, Suisse, Italie, Suède, Norvège, Finlande, Danemark... ) [10]. Tout chiropraticien possède un diplôme de radiologie (théorique et pratique) [11]. Aux USA, le doctorat en chiropratique est officiellement reconnu de même niveau académique que le doctorat en médecine[12].

Au Québec, les étudiants ont accès à un programme universitaire de Doctorat en Chiropratique délivré par l'UQTR d'une durée de 5 ans comprenant des cours d'histologie, d'anatomie, de biomécanique, de physiologie, de radiologie, de pathologie, biochimie, neuro-anatomie, neuro-physiologie, etc.

En France, il existe un unique établissement de formation accrédité selon les normes mondiales, ce qui veut dire que ses diplômés peuvent légalement exercer dans plus d'une quarantaine de pays. Cet établissement est localisé à Ivry sur Seine près de Paris et possède une antenne à Toulouse[13]

Les docteurs en chiropratique (D. C. ) peuvent, après leurs études, se spécialiser dans des techniques de soins chiropratiques (ex : Cox Flexion/Distraction[14] ou acquérir des compétences spécifiques comme l'electro-diagnostic, les manipulations sous anesthesie[15] ou dans de véritables spécialités comme la chiropratique sportive (FICS), la Radiologie[16], l'Orthopédie Chiropratique[17], la chiropratique pédiatrique, la chiropratique animalière, la neurologie chiropratique[18]. Pour les premiers, ils obtiendront des certifications post-doctorales dans les techniques ou compétences choisies, les seconds obtiendront des certificats de spécialisation post-doctorale dans les spécialités choisies.

Statut de la profession

Il existe, aux États-Unis, en Angleterre, Suède, Japon, Australie, Afrique du Sud, Canada, ... une vingtaine d'universités formant au titre de docteur en chiropratique. Ces diplômes sont reconnus officiellement dans la majorité des grands pays industrialisés comme les États-Unis, le Canada, la Suisse[19], le Royaume-Uni[20], le Danemark, l'Australie, la Nouvelle-Zélande. La chiropratique est aussi partenaire officiel de l'Organisation Mondiale de la Santé par le biais de la Fédération Mondiale de Chiropratique[21]. D'autre part, l'OMS a fait paraître ses «Directives pour l'enseignement et la sécurité en chiropratique»[22]. Il existe actuellement de véritables spécialités au sein de la profession chiropratique comme la radiologie (doctorat en chiropratique + 3 ans d'internat) [23], l'orthopédie, la neurologie[24] ou la chiropratique du sport[25].

En France

En France, les actes accomplis par les chiropracteurs ne sont pas conventionnés par l'Assurance Maladie, ainsi qu'à ce titre, ne sont par conséquent pas remboursés par la Sécurité Sociale. L'intégralité des frais de consultations et de soins sont à la charge du patient. Certaines mutuelles de santé complémentaires peuvent cependant accepter une prise en charge partielle des traitements prodigués, selon leurs conditions contractuelles préalablement établies. Les honoraires sont complètement libres et variables selon les praticiens : de 50 à 70 euros par séance en moyenne, à plus de 100 euros selon la notoriété du praticien, la nature de l'acte accompli, et le nombre de séances de soins envisagées.

L'activité de chiropracteur a été régulée par la loi Kouchner de mars 2002 (art. 75), en même temps que celle d'osteopathie.phpe.php" title="Ostéopathe" class="mw-redirect">ostéopathe, le décret d'application n'a pas encore été publié. Selon l'art. 75 :

Au Royaume-Uni[27]

En Suisse[29]

En Belgique

En Suède

En Finlande

Aux Pays-Bas

En Norvège

Au Danemark

Études et controverses sur l'efficacité

Des études indépendantes (par des assurances, des mutuelles, des chercheurs et des professeurs d'économie de la santé[37]) mais que certains sceptiques estiment provenir du lobby chiropratique[38] ont conclu que la chiropratique avait un effet au moins identique, ou alors supérieur, aux traitements médicaux dans le cas de lombalgies chroniques et que le rapport coût-bénéfice était incontestablement, pour cette pathologie, en faveur de la chiropratique[39], [40]. Quelques études mentionnent la Chiropratique comme efficace, mais sans déterminer son efficacité[41], ou concluent à l'inefficacité de la manipulation vertébrale effectuée par des physiothérapistes[42] d'autres études en démontrent l'intérêt pour d'autres pathologies[43].

On recense plusieurs cas d'accidents de manipulation[44], pouvant nécessiter des interventions chirurgicales pour libérer la mœlle dorsale ou le cône terminal ou une racine du sciatique comprimés par une hernie discale post-manipulation. Selon une étude publiée par le chiropraticien Alan Terrett chercheur australien (Professeur Associé à l'Université des Sciences de la Santé en Australie (RMIT) ) , ces accidents de manipulations sont le plus fréquemment attribués abusivement aux chiropraticiens[45] tandis qu'ils sont finalement le fait de manipulateurs peu ou mal constitués, Adrian B Wenban dans "Inappropriate use of the title'chiropractor'and term'chiropractic manipulation'in the peer-reviewed biomedical literature" confirme les conclusions de Terrett[46], [47].

La prise en charge chiropratique est l'une des plus sûres dans son champ d'application[48], entraînant moins d'effets secondaires que les médicaments prescrits le plus couramment dans ses indications les plus courantes (anti-inflammatoires non stéroïdiens) [49], [50]. efficacité réduction des coûts de santé[51], [52], satisfaction des patients;Symptomatic outcomes and perceived satisfaction levels of chiropractic patients with a primary diagnosis involving acute neck pain[53], efficacité maux de tête :Spinal manipulation vs. amitriptyline for the treatment of chronic tension-type headaches : a randomized clinical trial[54].

La théorie de la subluxation, fondement historique de la chiropraxie est rarement évoquée avec les patients. les patients réguliers des chiropracteurs ne connaissant fréquemment pas ses bases théoriques[55]. {{Référence indispensable Pour certains, en se basant sur une étude de 1973 étudiant la mécanique rachidienne après section de la dure-mère, c'est une théorie fantaisiste qui ne correspond en rien aux critères scientifiques existantsdate=mai 2009}}. Ce protocole rend, selon les chiropraticiens, l'étude sans valeur car ne respectant pas l'intégrité de l'anatomie étudiée[56].

Si le terme de subluxation est employé actuellement par la chiropratique universitaire, il ne revêt plus du tout la même signification qu'au 19 eme siècle.

Offensive de l'AMA

En novembre 1962, le docteur Robert Throckmorton, secrétaire de l'Iowa Medical Society présente son plan pour «contrôler et éliminer» les chiropraticiens de l'Iowa[57].

L'American Medical Association appelle Throckmorton conseiller spécial de l'AMA en septembre 1963 pour mettre son plan en action au niveau national et lui annonce que «la chambre des délégués» et la commission juridique de l'A. M. A ont décidé que «leur objectif était, essentiellement, l'élimination complète de la chiropratique»[58].

Le 2 novembre 1963, le Comité sur la chiropratique est rebpatisé «comité sur le charlatanisme» pour «éviter de donner une quelconque légitimité à la chiropratique». Il effectuera des actions d'information jusqu'en 1968, mais le Congrès revient sur cette décision en 1972.

En 1968, chaque médecin est invité à placer dans sa salle d'attente un exemplaire de la brochure d'informationde l'AMA «chiropractic, the unscientific cult» (chiropratique, la secte non scientifique). Plus de 10 000 brochures sont distribuées dans les lycées pour informer les futurs étudiants en Chiropratique et leurs futurs clients. En 1969, un journaliste publie en partenariat avec l'A. M. A un ouvrage : «A vos risques et périls !».

En 1971, ce «comité sur le charlatanisme» passe un accord avec la commission d'accréditation des hôpitaux pour faire perdre leurs privilèges hospitaliers aux médecins «profitant du cadre de l'hôpital pour mettre en avant des pratiques charlatanesques», dont la chiropratique.

En 1975, un chiropraticien, Chester Wilk DC, et quatre de ses confrères de Chicago, portent plainte devant la cour fédérale, pour violation de la Loi anti-trust. Après un premier procès en 1981 la cour d'appel ordonne un second procès qui commence en juin 1987.

En septembre 1987, le juge Getzendanner déclare l'AMA, l'American college of radiology, l'American college of surgeons et l'American college of orthopedic surgeons coupables de conspiration illégale en vue de «contenir et d'éliminer la profession chiropratique, en désorganisant l'éducation chiropratique, le remboursement par les assurances, les relations avec les médias et le gouvernement, les relations interprofessionnelles, et d'autres activités de boycott en violation du Sherman Antitrust Act, jugement définitivement confirmé par la cour suprême des USA en 1990[59].

Le jugement de 1987 a reconnu que l'AMA n'avait pas respecté les critères (b) ou (d) de la défense fondée sur les soins aux patients»[60].

Dès le milieu du procès, l'American Hospital Association affirmait «L'American Hospital Association désavoue particulièrement tout effort illégal d'un quelconque groupe privé, concurrent pour «contenir», «éliminer» ou bien saper la confiance du public dans la profession chiropratique».

Cependant, cette page de l'histoire semble être tournée, en effet avec le developpement de la chiropratique universitaire, les chiropraticiens ont une place de plus en plus importante parmi les experts scientifiques de la pathologie vertebrale commune. Il y a peu de temps dans le cadre de la Jone and Bone decade (2000-2010), les chiropraticiens ont participé en nombre, mais également dirigé la Neck Pain Task Force[61]

Notes et références

  1. Site de l'Association Française de Chiropractie (AFC)
  2. Il aurait rendu l'audition à un sourd, source Palmer D. D., The Science, Art and Philosophy of Chiropractic. Portland, Oregon : Portland Printing House Company, 1910.
  3. La religion de la chiropractie
  4. «Threatened with prosecution for the unlicensed treatment of disease, Palmer's magnetic manipulation became non-therapeutic adjusting to remove "causes. " Scorned in the osteopathic literature for his supposed "theft" of A. T. Still's theories, Palmer sought to differentiate the two professions, and eventually abandoned his earlier concern for circulatory obstructions. Defeated and imprisoned in 1906 for unlicensed practice, Palmer embellished his spiritual explanations of life (Innate) into a religious justification for chiropractic, and eventually sought "authority" for his views and practice methods in the realm of spiritual inspiration. », [pdf] The Evolution of Palmer's Metaphors and Hypotheses
  5. Sur le site de l'APHA
  6. http ://www. fics-sport. org/portal/index. php?option=com_content&task=view&id=14&Itemid=28 Site de la Fédération Mondiale de Chiropratique du Sport (FICS)
  7. Sponsors de la FICS
  8. National Institute of Health
  9. (en) site du National Board of Chiropractic Examiners
  10. (en) Anglo European College of Chiropractic
  11. La formation chiropratique sur le site de l'Association chiropratique canadienne
  12. (en) «Medical Education : Despite some differences, chiropractic and medical education have a lot in common» sur le site Agency for Healthcare Research and Qaulitu (AHRQ)
  13. ab Site de l'IFEC
  14. Cox Flexion/Distraction
  15. «NYCC Post-Graduate Seminar Listings» sur le site New York Chiropractic College
  16. (en) Site de American Chiropractic Board of Radiology
  17. (en) Site de American Board of Chiropractic Orthopedics (ABCO)
  18. carrickinstitute. org
  19. diplôme de chiropratique en Suisse
  20. Regulation of chiropractic
  21. Liste des ONG en relations officielles avec l'OMS
  22. (Novembre 2005) source wfc. (ISBN 9241593717) . [pdf] http ://www. chiropratique-online. net/actualite/oms-chiro. pdf
  23. [1]
  24. [2]
  25. [3]
  26. Sur le site de l'IFEC
  27. http ://www. gcc-uk. org/page. cfm
  28. http ://www. glam. ac. uk/coursedetails/686/130
  29. http ://www. crus. ch/information-programmes/reconnaissance-swiss-enic/professions-reglementees/domaine-de-la-sante. html?L=1#chiro
  30. Site officiel
  31. [4]
  32. http ://www. oaq. ch/pub/fr/documents/MedBG_fr. pdf
  33. ab Lois européennes sur les médecines non conventionnelles sur le site de la Haute Autorité de la Santé
  34. Valvira. fi : Etuliite "koulutettu" poistuu kiropraktikon, naprapaatin ja osteopaatin ammattinimikkeestä
  35. Terveydenhuollon oikeusturvakeskus
  36. Laki terveydenhuollon ammattihenkilöistä
  37. [5]
  38. [6]
  39. Pertinence et évaluation économique du traitement chiropratique, Lauren Laik, informationhospitaliere.
  40. http ://www. chiro. org/ChiroZine/ABSTRACTS/Effects_of_a_Managed_Chiropractic_Benefit. shtml
  41. [7]
  42. http ://www. acatoday. org/pdf/Lancet_Acute_Back_Pain_Nov. 07. pdf
  43. http ://www. ncbi. nlm. nih. gov/pubmed/12020139?dopt=Abstract
  44. [8]
  45. http ://www. ncbi. nlm. nih. gov/pubmed/7636409?dopt=Abstract
  46. Selon Alan Terrett : sont surtout attribués dans la littérature médicale comme "chiropratiques" des accidents dûs à des manipulations pratiquées par : un masseur aveugle, un barbier indien, un heilpraktiker, l'épouse de la victime, des médecins, des kinésithérapeutes, un professeur de kung-fu, ... cf. étude de Alan Terrett App. Sc. (chiro) M. App. Sc. (chiro) "Usage détourné de la littérature par les auteurs médicaux débattant des accidents vasculaires post-manipulatoires", dans Journal Manipulative Physiological Therapeutics, mai 1995, citée par Benoit Rouy DC dans Risques réels des manipulations cervicales chiropratiques, Association française de chiropratique, 2003.
  47. http ://www. chiroandosteo. com/content/pdf/1746-1340-14-16. pdf
  48. http ://www. silcom. com/∼dwsmith/manga. html
  49. http ://www. astrazeneca. ca/fr/news/release. asp?id=2004053102
  50. http ://www. fcer. org/html/News/canneur. htm
  51. [http ://www. webmd. com/pain-management/news/20041012/chiropractic-care-may-reduce-surgeries-x-rays
  52. [9]
  53. [10]
  54. [11]
  55. site Charlatans. info
  56. Argument des chiropracteurs
  57. La menace de la chiropratique selon Throckmorton
  58. élimination de la chiropratique par l'AMA
  59. Archives du New York Times
  60. page 100 et 101
  61. [12]

Bibliographie
  • Jacques Blanchard, En santé avec la chiropratique, Éditions Whiteson, 2002
  • Roger Besancon-Matil, La Chiropractie, Éditions Équilibres Actuellement
  • Pierre-Louis Gaucher-Peslherbe et Sylvain Parny, La Chiropratique et vos vertèbres, Éditions Encre, 1985
  • Benoit Rouy, La Chiropratique Histoire d'un combat, Éditions Multifidus
  • Jean-Philippe Monvoisin, Soignez-vous par la Chiropraxie, Éditions Marabout, 1992

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Chiropratique.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 24/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu