Histoire de l'homéopathie

L'homéopathie trouve ses racines dès Hippocrate, père de la médecine, qui enseignait qu'il y a deux manières de soigner : par les contraires et par les identiques.



Catégories :

Homéopathie - Médecine non conventionnelle

Recherche sur Google Images :


Source image : controhomeo.e-monsite.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Homéopathie. L'histoire de l'homéopathie. L'homéopathie a été fondée par le médecin allemand Samuel Hahnemann (1755-1843).... (source : similasan)
  • ... L'histoire de l'homéopathie commence à la fin du XVIIIème siècle avec le Médecin Samuel HAHNEMANN, venant de Meissen en Saxe.... (source : spiritangels.over-blog)
  • L'Homéopathie est une pratique médicale fondée par le célèbre médecin allemand Samuel Hahnemann (1755-1843). Cette pratique repose sur le principe «le... (source : dumenat.smbh.univ-paris13)

L'homéopathie trouve ses racines dès Hippocrate (460-377 av. J. -C. ), père de la médecine, qui enseignait qu'il y a deux manières de soigner : par les contraires et par les identiques. Il soignait le choléra par de très faibles doses d'hellébore, plante qui, à fortes doses provoque une diarrhée comparable à celle du choléra

Paracelse (1493-1541) employait aussi ces deux sortes de traitements.

Notons cependant que ces racines sont particulièrement éloignées de l'homéopathie telle qu'elle se pratique à l'heure actuelle. En effet l'homéopathie n'a plus grand chose à voir avec l'idée de soigner par les identiques. Seules les idées de soin avec des moyens "naturels", et de très haute dilution subsistent.

Formulation de l'homéopathie par Samuel Hahnemann

Organon de l'art de guérir (3e éd. traduction française, 1845)

Après avoir soutenu sa thèse de médecine et avoir exercé quelques années, fort déçu de la thérapeutique de son époque, Samuel Hahnemann (1755-1843) abandonna momentanément sa pratique pour traduire de nombreux auteurs qui l'avaient précédés. Lors de la lecture du Traité de matière médicale de William Cullen (1710-1790), il s'aperçut que les symptômes dus à l'action du quinquina (china), tels que décrits, ressemblaient fort à ceux de la fièvre tierce dont il avait souffert quelque temps jusque là et qu'il avait soigné, mais aussi l'Académie le recommandait, avec quelques gouttes de teinture de quinquina.

Il eût alors l'idée de vérifier les assertions de Cullen en prenant, ainsi qu'il le dit lui-même, quatre gros de quinquina. Apparurent alors ces symptômes décrits par Cullen.

Il se demanda si cette étrange coïncidence était fortuite, et expérimenta dans ce sens pendant six ans, avant de formuler son Principe de Similitude.

C'est à partir de ce principe qu'il a proposé une méthode de soin, en rupture avec les saignements et autres lavements de l'époque, qu'il appela homéopathie. Il en publia les bases en 1796 dans le journal de Hufeland par son Essai sur un nouveau principe pour découvrir les vertus curatives des substances médicinales [1], suivi en 1810 par la première édition de son traité de médecine homéopathique, l'Organon de l'art de guérir[2]. Hahnemann considérait la médecine classique de son époque comme basée sur le principe du «soin par les contraires» et la qualifia par conséquent d'allopathie. Cette expression perdura et fut appliquée à la médecine classique occidentale par ses successeurs.

Hahnemann et ses disciples expérimentèrent plus de 1 200 substances d'où il publia cinq nouvelle version de son organon.

La popularité de l'homéopathie à ses débuts est liée à ses aspects spirituels, ou alors d'«art divin»

Pour Olivier Faure, professeur d'histoire contemporaine à l'Université Jean-Moulin - Lyon III, France, et spécialiste de l'histoire de la médecine, la popularité de l'homéopathie à ses débuts est liée à ses aspects spirituels, ou alors religieux, qui la rendaient acceptable pour divers courants anti-matérialistes de l'époque. Certains catholiques voyaient dans le concept de force vitale mis en avant par Hahnemann une intervention de la main divine. Certains disciples de Saint-Simon pensaient que l'homéopathie allait dans le sens d'une réconciliation entre la foi et la science. Hahnemann lui-même parlait d'«art divin» pour désigner l'homéopathie. Il pensait être l'agent de la révélation par Dieu de principes fondamentaux de la nature.

L'homéopathie s'organisait d'ailleurs à ses débuts comme une église dont l'Organon[2] formait une sorte de livre saint. Certains n'hésitaient pas à organiser des pèlerinages dans le village de naissance d'Hahnemann. Ce dernier exigeait de ses patients une totale foi dans l'homéopathie et leur imposait la lecture de l'Organon [3].

Notons que les molécules n'étaient à l'époque qu'une hypothèse, et on commença à pouvoir les dénombrer dans un volume donné qu'à partir de la loi d'Avogadro qui date de 1811. Quand Hahnemann a mis en place la dilution, conçue pour atténuer les effets des substances (dans la mesure où elles produisent des effets néfaste), il n'avait par conséquent pas connaissance des travaux d'Amedeo Avogadro (la diffusion du savoir était lente, et les travaux sur les solution aqueuses ne vinrent qu'après).

Il ne pouvait par conséquent pas réaliser que des dilution au dela de 12CH revenaient à produire un médicament sans molécule active.

Diffusion dans le monde

En 1830, le comte Sebastien des Guidi (1769-1863), d'origine italienne, introduisit l'homéopathie à Lyon (France), peu de temps avant l'installation d'Hahnemann à Paris en 1835. L'homéopathie est rapidement confrontée à des problèmes liés à la fabrication des médicaments homéopathiques. Depuis 1803, seuls les pharmaciens pouvaient vendre des médicaments. Énormément d'entre eux étaient hostiles à l'homéopathie ou peu enclins à réaliser les opérations assez longues de dilution et de succussion nécessaires à la réalisation des préparations homéopathiques. En conséquence, les médecins homéopathes français fabriquaient eux-mêmes leurs médicaments, dans la plus totale illégalité.

L'homéopathie fut introduite en Amérique par Constantin Hering (1800-1880), médecin assistant du Dr Robbi, chirurgien connu de Leipzig. Ce dernier, hostile à l'homéopathie, demanda à Constantin Hering d'écrire un ouvrage dans lequel il démontrerait le ridicule et l'inanité des théories de Samuel Hahnemann. Or Hering, avant d'avoir une opinion sur la doctrine hahnemannienne, voulut l'étudier à fond. Il entreprit par conséquent la lecture de tout ce qu'avait publié son créateur, et , il ne tarda pas à y prendre le plus grand intérêt. Enfin, avec la conscience et le sérieux qu'il mettait à tout ce qu'il faisait, il essaya l'action de certains remèdes sur lui-même, cela, en suivant la méthode de Samuel Hahnemann, et fut convaincu par les résultats obtenus. Il s'installa aux USA en 1833. Il découvrit plusieurs médicaments homéopathiques importants.

James Tyler Kent (1849-1916) fut un célèbre médecin homéopathe américain. Il créa un répertoire servant à valoriser plusieurs remèdes selon chaque symptôme recueilli lors de l'interrogatoire. La recherche répertoriale consista alors à déterminer la substance qui a la plus grande probabilité de couvrir la totalité des symptômes. C'est dans cet esprit qu'ont été conçus divers répertoires numériques utilisant les capacités calculatoires de l'informatique.

Après Hahnemann

Malgré un certain succès d'origine (et ensuite quelques réussites ponctuelles comme le dispensaire homéopathique créé en 1858 par l'abbé Alfred Duquesnay), l'homéopathie perdit énormément d'influence en France après la mort d'Hahnemann en 1843, tandis qu'aux États-Unis, les personnalités d'Eugène Beauharnais Nash et de James Tyler Kent maintinrent sa notoriété jusqu'à la première guerre mondiale. En France à Lyon en 1875 fut fondé rue Tronchet l'Hôpital homéopathique Saint-Luc. Pierre Jousset et son fils Marc fondaient en novembre 1897 à Paris l'École Française d'homéopathie où enseigna aussi Gérard Encausse, plus connu sous le nom de Papus. L'hôpital Saint-Jacques dans le XV°arrondissement de Paris offrait des consultations de médecins homéopathes.

Léon Vannier (1880-1963), médecin angevin permit à l'homéopathie de sortir d'une certaine ombre induite par les difficultés de fabrication des remèdes. En 1911, il ouvrit avec René Baudry (1880-1966) à Paris une importante pharmacie homéopathique. Il fondit en 1926 les laboratoires homéopathiques de France, mettant ainsi fin aux difficultés d'approvisionnement en médicaments homéopathiques. Ce fut le point de départ de la naissance des laboratoires tel Dolisos, Lehning, Boiron en France, Schwabe en Allemagne, Nelson en Grande-Bretagne, USM aux États-Unis…

En France, les frères jumeaux Boiron, après avoir travaillé avec René Baudry, créèrent chacun leurs propres pharmacies. En 1967, la fusion de celles-ci avec les laboratoires centraux homéopathiques de France de René Baudry donnera naissance aux Laboratoires Boiron.

Les laboratoires, plus productifs que les pharmacies permirent la standardisation de la production et par la même le développement de l'homéopathie.

L'histoire récente de l'homéopathie est marquée à la fois par une utilisation assez répandue et par d'importantes controverses scientifiques. Au regard de la médecine classique, l'homéopathie est reconnue comme une médecine non-conventionnelle. L'OMS la considère comme une médecine respectant les traditions ou comme une médecine complémentaire et parallèle, selon le type de médecine dominant dans le pays reconnu.

Références
  1. Essai sur un nouveau principe pour découvrir les vertus curatives des substances médicinales de Dr Samuel Hahnemann
  2. ab Référence :Organon der Heilkunst (Samuel Hahnemann) 3e édition, traduite en français (1845) Consultable en ligne sur le site de la Bibliothèque nationale de France
  3. cf. le compte rendu de Patients in the History of Homœopathy sur le site du SNMHF

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l%27hom%C3%A9opathie.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 24/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu