Holisme

Holisme est la francisation de holism, un néologisme forgé en 1926 par l'homme d'État sud-africain Jan Christiaan Smuts pour son ouvrage Holism and Evolution.



Catégories :

Système - Systémique - Épistémologie - Cerveau - Neurosciences cognitives

Recherche sur Google Images :


Source image : frederictardieu.net
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  •  messages - 9 auteurs - Dernier message : 16 juil 2006 Le holisme est une approche qui consiste à considérer les phénomènes dans leur totalité et s'oppose au réductionnisme qui déduit les propriétés du .... Dans la médecine classique, dite "occidentale", le traitement agit... (source : projetbabel)

Holisme est la francisation de holism, un néologisme forgé en 1926 par l'homme d'État sud-africain Jan Christiaan Smuts pour son ouvrage Holism and Evolution[1].

La première définition historique du holisme est : «the tendency in nature to form wholes that are greater than the sum of the parts through creative evolution», dont une traduction satisfaisante est : «la tendance dans la nature à former des ensembles qui sont supérieurs à la somme de leurs parties, au travers de l'évolution créatrice». C'est-à-dire, la tendance de l'univers à construire des unités structurales de complexité croissante mais formant chacune une totalité (a whole).

On emploie aujourd'hui «holisme» soit dans le sens lexical, soit dans le sens que ce terme a pris au sein de différentes disciplines (holisme ontologique, holisme méthodologique, holisme épistémologique, holisme logique, holisme sémantique, holisme philosophique, holisme des sciences humaines, holisme émergentiste, ... ), soit par abus de langage comme un synonyme d'approche systémique ou de pensée complexe et particulièrement régulièrement comme un buzzword.

Étymologie d'holisme

Holisme vient du mot grec holos qui veut dire tout, totalité, entier.

Le terme Holistique est utilisé dans l'édition du Larousse de 1922, lorsque on évoque l'animisme de G. E Stahl. [citation nécessaire]

En 1926 le général et homme d'état sud-africain Jan Christiaan Smuts a publié le premier ouvrage dont le titre comporte le néologisme «holism». Concept qu'il définit comme : «la tendance dans la nature à former des ensembles qui sont supérieurs à la somme de leurs parties (... ) [3]» Le grec Ολος a deux origines indo-européennes : solwos (solwos a donné les racines latines salus et salvus à l'origine des mots français comme soldat, sain, salut, sauver, sauveur, solide, sollicitude, solennel, santé) et kailo. Kailo (entier, indemne, bon présage) est l'origine indo-européenne de whole (complet, entier) mot central de la démonstration de Smuts mais aussi d'health (la santé), du salut «hail» qui signifiait à l'origine «soit sain» et de holy (saint).

Approche historique

Le concept a des racines antiques[4] :

La cosmogonie mythologique des anciens Grecs fait surgir l'ordre du chaos essentiel. Cette énigme est à l'origine de nombre de supputations métaphysiques. Les débats engagés chez les pré-socratiques se sont poursuivis durant vingt siècles donnant lieu à des courants de pensées opposés : monisme, dualisme, matérialisme, spiritualisme, réalisme, idéalisme, mécanisme, vitalisme...

Holisme et réductionnisme s'inscrivent dans cette histoire :

Les monistes perçoivent l'univers comme constitué d'une seule réalité principale (les milésiens et les atomistes grecs, Démocrite, Épicure). Tandis que les dualistes séparent le monde matériel et le monde spirituel – l'au-delà (Platon[5] ; Aristote[6]). Le holisme est un terme nouveau introduit dans les années 1920. Le mot sert à désigner à l'origine, des doctrines, nommées aussi organicistes, qui visent à échapper à la fois au déterminisme et au finalisme, ou peut-être à les concilier, en insistant sur le caractère spécifique de l'organisme. Pour ces holistes, les corps vivants sont des totalités (wholes en anglais) inanalysables et qui ne s'expliquent pas par un assemblage de parties ; il y a quelque chose, selon eux, qui ordonne ces parties et qui n'est pas de l'ordre de la causalité efficiente. Pour Aristote, c'est la forme, organisatrice et conservatrice de l'être vivant (forma est qua ens est id quod est). Ce principe de liaison a porté d'autres appellations : entéléchie, force vitale, principe directeur. Au début du XXe siècle, les progrès des sciences physiques et biochimiques mais aussi la théorie darwinienne dessinaient un monde où la frontière entre vivant et inanimé semblait devoir disparaitre (au contraire de ce qu'affirmait Kant). Un mouvement se dégagea dont les membres considéraient l'explication mécaniste comme universellement valide mais restaient attachés à la présence d'une cause finale. Ils postulèrent l'existence de formes, de types d'organisation qui tendent à se réaliser ; de potentiels qui guident l'évolution vers un but assigné (principe anthropique ou point Ω de Pierre Teilhard de Chardin). Jan Christiaan Smuts fut de ceux là. Ici, point de créationnisme, l'évolution est acceptée et se déroule au sein d'un champ holistique, force organisatrice, qui conduit l'atome vers la conscience.

Jan Christiaan Smuts

L'holisme de J-C. Smuts est un point de vue métaphysique sur la nature ultime de la réalité. À partir des théories scientifiques émergentes en 1926 (relativité générale, mécanique quantique) et des questions qu'elles laissent en suspens, Smuts développe un argumentaire philosophique. Dans l'opposition entre le besoin ou non de croire en la finalité, l'homme a tendance à attribuer à ses thèses spéculatives l'autorité de la certitude qui s'attache aux propositions scientifiques. L'amplitude du sujet traité dans l'ouvrage de Smuts (de l'atome jusqu'à la conscience) fait qu'il remplace les preuves et l'absence de données expérimentales par un raisonnement qui n'est jamais à l'abri d'erreurs, de sophismes, d'inductions ou de déductions hasardeuses. le fait de circonscrire l'évolution à un «no man's land» entre science et philosophie fait apparaître une équivoque : où s'arrête le savoir précis et démontré, où débutent la spéculation arbitraire et les inductions plus où moins invérifiables ? Cette ouvrage synthétisa un temps des questions fécondes scientifiquement (et philosophiquement). En filigrane, Smuts pose les questions qui aboutiront aux concepts de propriétés émergentes, d'auto-organisation, d'auto-régulation, de dispositif complexe, etc. «Smuts a espéré que le holisme pourrait reconstituer l'unité entre Weltanschauung[7] et science.» [8] Mais au-delà de l'argumentation analytique, la thèse qu'il soutient est que l'évolution est orientée vers un dessein providentiel. Smuts n'est pas anti-évolutionniste mais il est anti-darwinien. Pour lui, il y a bien une évolution mais elle est le fruit d'un «champ synthétique» (en référence à la théorie quantique des champs) qui chapitre après chapitre ressemble de plus en plus à une volonté transcendante. Il présente un univers où l'homme aurait été désiré. Pour Smuts, comme pour Pierre Teilhard de Chardin, les faits scientifiques ne sont pas récusés mais leur présentation fait apparaître, sans le nommer, un horizon derrière lequel Dieu serait à l'origine de tout (évolution comprise). L'holisme de J-C. Smuts est une direction dans l'univers qui conduit l'atome vers l'holiness (la sainteté) – de «holism» à «holysm» (cf. Étymologie d'holisme).

Approche culturelle

Docteur en sciences sociales, lauréate de l'Académie française, ancien membre de l'O. M. S, Claudine Brelet a publié un ouvrage synthétique fruit de ses recherches anthropologiques : «Les médecine du monde[9]». Chapitre après chapitre, elle passe en revue les caractéristiques des dispositifs médicaux de la plupart de culture : médecine africaine, approche des chamans, médecine des Égyptiens et d'Alexandrie, chemin de santé des hébreux, médecine grecque du centaure Khiron à Hippocrate, médecine druidique, gnostique, arabe, médecine alchimique et réformes humanistes, médecine des Veda, tibétaine, chinoise, amérindienne. À chaque fois, elle souligne les liens établis par ces traditions médicales entre santé, maladie, guérison avec ce que nous qualifions aujourd'hui d'étiologie psychologique, sociale, environnementale, spirituelle, culturelle. Ce sont ces liens entre l'homme et son macrocosme qu'elle qualifie d'holistique en les opposant aux liens fait par les mécanistes entre la santé et la physiologie (microcosme de l'homme)  : «Les principes d'interaction entre l'ensemble des dispositifs vivants – que l'écologie a popularisés – remplacent progressivement le schéma mécaniste que depuis la Renaissance, la société occidentale s'était donné du corps et de l'univers. L'homme blanc commence à admettre qu'il n'est plus le «maître et possesseur de la nature» comme Descartes le lui avait appris, mais son humble partenaire... le partenaire d'énergie où le chaman reconnaît des dieux et des esprits[10]

Les définitions d'holisme :

Issue de cette histoire, le sens d'holisme n'est pas encore véritablement fixé dans l'usage et il donne lieu à plusieurs acceptions, variant d'un sens presque mystique ou magique à un sens technique, logiquement déterminé. Cette polysémie est la source des ambigüités inhérentes à l'emploi de ce terme. Nous devrons par conséquent nous attaquer en tout premier lieu à ce problème de la caractérisation du holisme. Ci-dessous nous essaierons de découvrir à quelles acceptions de l'holisme font référence les articles collectés au cours de la revue de littérature.

  • Définition lexicales d'holisme :

Pour le Grand Larousse :

«PHILOSOPHIE : En épistémologie ou en sciences humaines, doctrine qui ramène la connaissance du spécifique, de l'individuel à celle de la totalité, du tout dans lequel il s'inscrit.»

Pour le Robert historique :

«HOLISME n. m. est un emprunt (attesté en 1939) à l'anglais holism, terme forgé en 1926 par le biologiste sud-africain J. C. Smuts, à partir du grec holos "tout, entier, complet" correspondant au sanskrit sàrva-, au latin salvus -intact» (cf. sauf). Le mot, d'emploi didactique, sert à désigner la théorie selon laquelle l'homme est un tout indivisible qui ne peut être expliqué par ses différents composants isolés les uns des autres (cf. globalisme).»

Pour le CNRTL (Centre Nationale de Ressources Textuelles et Lexicales) du C. N. R. S

«HOLISME, subst. masc. “Doctrine ou point de vue qui consiste à considérer les phénomènes comme des totalités`` (Sumpf-Hug. 1973). Herskovits a maintenu, contre l'holisme de l'anthropologie culturelle, la valeur de la méthode analytique (Traité sociol., 1968, p. 320). − PSYCHOL. “Conception unitaire et dynamique du fonctionnement cérébral, opposée à la conception atomistique selon laquelle l'intelligence et les fonctions sensori-motrices pouvaient être représentées par une mosaïque d'éléments nerveux`` (Thinès-Lemp. 1975). L'organicisme et l'holisme de Goldstein (Ruyer, Cybern., 1954, p.  68). REM. Holistique, adj. [En parlant d'une théorie, d'une conception] Qui relève de l'holisme, qui s'intéresse à son objet comme constituant un tout... Théorie holistique, La psychologie globaliste ou holistique qui s'oppose à la conception atomistique de la personnalité (Delay, Psychol. méd., 1953, p.  128). Elle [l'anthropologie moderne] considère les divers aspects de la vie sociale comme formant un ensemble solidaire, dont les diverses parties ne peuvent se comprendre que par le tout, qui leur donne leur signification, ce qui fait qu'à «l'approche» analytique de l'acculturation elle substitue «l'approche holistique» (Traité sociol., 1968, p.  320). Étymol. et Hist. 1939 (J. Rostand, La Vie et ses probl., p.  177). Empr. à l'angl. holism, forgé en 1926 par le biologiste sud-africain J. C. Smuts (1870-1950) dans son ouvrage Holism and evolution, sur le gr. όλος «entier».»

  • Définition du holisme ontologique

L'holisme ontologique est une conception (opposée au réductionnisme ainsi qu'à l'atomisme) selon laquelle un «tout» (organisme, société, ensemble symbolique) est plus que la somme de ses parties, ou autre qu'elle[11]. Il faut rattacher à cette définition ce qu'on appelle «le principe d'émergence» : un «tout» n'est pas un simple agrégat. À partir d'un certain seuil critique de complexité, les dispositifs voient apparaître de nouvelles propriétés, dites propriétés émergentes. Celles-ci deviennent observables quand elles vont dans le sens d'une auto-organisation nouvelle. De là découle le point de vue selon lequel c'est le tout qui donne sens et valeur à ses parties par la fonction que celles-ci jouent en son sein. C'est cette conception qui est à l'origine du développement des thèses du holisme épistémologique et du holisme méthodologique. Ces thèses rencontrèrent un très vif rejet dans les années 1950 (maccarthysme aux États-unis) des chercheurs libéraux qui trouvaient cette thèse marxiste. Et depuis le débats sociologique entre individualisme et holisme est toujours aussi vif.

  • Définition du holisme méthodologique

Conception (opposé à l'atomisme logique) selon laquelle : a) l'explication d'un tout n'est pas donnée par la somme des explications de ses parties ; b) une hypothèse n'est jamais ni vérifiable, ni réfutable singulièrement par l'expérience.

  • Définition du holisme épistémologique

Spécification du holisme méthodologique, il correspond à la thèse de Pierre Duhem[12] (1861-1916) chimiste et philosophe des sciences français : les propositions concernant le monde extérieur rencontrent le tribunal de l'expérience sensible non pas individuellement mais en corps constitué, on ne peut pas vérifier les hypothèses d'une théorie une par une, une expérience de physique ne peut pas condamner une hypothèse isolée mais uniquement tout un ensemble théorique ; il n'y a pas d'expérience principale. Quant au holisme épistémologique du philosophe et logicien américain Willard Van Orman Quine[13] (1908-2000) il diffère de celui de Duhem sur un point capital : le holisme épistémologique de Quine ne se limite pas à la physique comme celui de Duhem, ni même aux sciences expérimentales comme celui de Carnap mais couvre à toute la science, logique et mathématique comprise. L'holisme épistémologique de Quine est par conséquent la thèse selon laquelle toutes nos connaissances se soutiennent mutuellement sans qu'il y ait une fondation unique (ce qu'il résumait fréquemment en reprenant l'image du navire d'Otto Neurath[14] selon laquelle la science est un navire déjà en mer et qu'il faut réparer à partir des matériaux disponibles sans pouvoir le reconstruire sur une terre ferme).

  • Définition du holisme logique

Conception selon laquelle il n'est pas envisageable de dissocier les règles de l'inférence de notre pratique inférentielle globale qui les justifie les unes par les autres et non pas isolément. Le holisme logique s'accorde avec la critique que Quine adresse au conventionnalisme (selon laquelle les règles, arbitraires, sont admises une par une selon les besoins du raisonnement)  : si les vérités logiques sont conventionnelles, elles ne le sont que moyennant l'acceptation préalable de la logique.

  • Définition du holisme sémantique

Point de vue selon lequel le sens d'un élément du discours appartient au discours lui-même et ne peut pas être reconnu isolément : «la signification d'une expression dans une langue de ce qu'un nombre illimité d'autres expressions signifient»

  • Conceptions du holisme philosophique

Voici quelques repères d'un sujet qui inspira de nombreux rédigés : En philosophie, Parménide, Spinoza, Hegel ont élaboré des métaphysiques holistes. La tradition spiritualiste, dans son sens métaphysique, remonte à Anaxagore (Ve siècle av. J. -C. ) pour qui «l'esprit», c'est l'âme, le souffle qui s'oppose à la matière solide et inerte. Descartes (1596-1650) reconnaît ce dualisme, avec une matière autonome qui obéit à ses propres lois. La philosophie parfaitiste, qui passionna tant Jan Smuts, s'inspire des spiritualistes en admettant l'antinomie entre esprit et matière et la suprématie du premier. Pour Bergson, la vie ne peut être réduite à une mécanique physico-chimique et le cerveau n'est qu'un support, un instrument autorise l'esprit de s'insérer dans la réalité[15]. Il rédige en 1907 «L'évolution créatrice[16]». Dix-neuf ans plus tard Jan Smuts reprendra l'idée d'évolution créatrice au sein même de la définition de son concept central : holism.

  • Définition du Holisme des sciences humaines

L'approche holiste, en sciences humaines, s'intéresse aux motivations ainsi qu'aux pratiques sociales des individus pris d'une manière collective au sein de la société. Elle considère que les faits sociaux doivent être expliqués en relation avec le groupe ou la société. Durkheim, dans son ouvrage Les règles de la méthode sociologique, expliqua que "La cause déterminante d'un fait social doit être recherchée comparé aux faits sociaux antérieurs et non parmi les états de conscience individuelle". En sociologie, les analyses holistes voient dans la société des contraintes qui assujettissent les individus. Selon Durkheim toujours, les actes individuels ne peuvent être expliqués que si on étudie la société et les normes sociales qu'elle impose à ses membres. Par l'éducation qu'il reçoit, l'individu intériorise des comportements, des façons de penser et de sentir, en somme toute une culture qui permettra d'expliquer ses agissements ou ses croyances. Pour eux, les goûts et l'ensemble des autres pratiques sociales se construisent socialement.

En sociologie le holisme prône l'explication de l'inférieur, du local (ex.  : les comportements humains) par le supérieur, le global (ex.  : les modèles culturels, les institutions). Il accompagne une volonté d'autonomie méthodologique, il privilégie la «compréhension» sur «l'explication» (W. Dilthey), le sociétal sur l'individuel (E. Durkheim), le dispositif sur les acteurs (T. Parsons). Pour Fichte, l'individu est relié à l'État d'une façon organique : il entretient le tout et de cette façon se conserve lui-même. Pour Hegel, l'État est une entité collective quasi mystique, une «réalité supérieure invisible», d'où les individus tirent leur identité authentique, ainsi qu'à laquelle ils doivent obéissance et loyauté. L'ensemble des penseurs collectivistes modernes (y compris Karl Marx) s'appuient sur une entité collective supérieure, au détriment de l'individu ; ils insistent sur l'importance du tout social et des forces sociales, qui ont d'une certaine façon un caractère propre et une volonté qui dépassent les caractères et les volontés de leurs membres.

  • Définition du Holisme émergentiste

Position moyenne défendue par Mario Bunge (1919-) entre le holisme et l'individualisme méthodologique : conception selon laquelle l'analyse des parties scindées est justifié tout comme la prise en compte du tout dans sa globalité.

  • Définition du réductionnisme

Pour bien comprendre la réaction holistique voici la définition de son frère-ennemi le réductionnisme : «Conception selon laquelle une réalité doit être expliquée à partir de ses unités élémentaires constitutives (réductionnisme méthodologique) parce qu'elle-même est faite de ces unités élémentaires (réductionnisme ontologique). Ainsi le réductionnisme analysera-t-il les fonctions biologiques ou mentales à leur niveau physico-chimique. Opposé au holisme, le réductionnisme estime que les termes d'ensemble, de totalité, de dispositif, d'organisme, etc. sont des entités métaphysiques que la science positive doit récuser. Les Américains distinguent un réductionnisme faible (token physicalism, physicalisme par morceaux) et un réductionnisme fort (type physicalism, physicalisme par type) selon lequel il serait envisageable de traduire sans résidu en langage de la physique l'ensemble des phénomènes actuellement décrits et expliqués dans le langage d'autres disciplines. Dans son effort d'unification, le réductionnisme retrouvera l'abstraction qu'il dénonce lui-même dans le holisme. D'un côté (réductionnisme ontologique), il sera tenté de rapporter la diversité illimitée du réel à un seul phénomène physique (ainsi l'énergétisme d'Ostwald), de l'autre (réductionnisme méthodologique), il sera poussé à faire d'une science unique (la physique presque toujours) le paradigme de l'ensemble des autres (physicalisme) [17]

Exemples d'applications théoriques

  • En sociologie, pour déduire le comportement et les représentations des personnes des conditions sociales dans lesquelles elles se trouvent.
  • En écologie, pour comprendre les interactions entre la biologie des êtres vivants et les conditions de milieu).
La valeur d'un élément ou d'une entité (molécule, organite, hormone, organe, organisme, superorganisme, population, écodispositif, biome etc. ) n'est pas absolue, mais prend une valeur différente selon sa position spatiale dans l'organisme, le paysage ou la biosphère,
changer un élément peut changer le tout,
changer le contexte peut changer la qualité de l'élément étudié.
le holisme trouve une application récente avec l'Écologie du paysage.
  • En médecine : McWhinney[18] soulignait le fait que de l'ensemble des disciplines cliniques, la médecine générale opère au plus haut niveau de complexité et par conséquent d'incertitude. Centrer l'approche de la médecine générale sur le patient, c'est accepter une multidimensionnalité des interactions entre des déterminants quantitatifs et qualitatifs de la santé. Les physiciens diraient qu'ils s'agit d'apprendre à décider ainsi qu'à agir en assumant la complexité et l'incertitude d'un milieu chaotique.
Ce questionnement est d'actualité dans le champ des sciences principales (Ilya Prigogine[19], Joël de Rosnay[20]…) des sciences humaines (Edgar Morin[21], …), de la philosophie (Michel Serres, …), et lors des travaux «ontologiques» des sociétés de médecine générale.
Ce défi, la médecine générale souhaite le relever. Voici quelles pistes ont été suivies jusqu'à présent :
En 1977, Georges L. Engel (1913-1999) a proposé «un modèle biopsychosocial» qui continu à être développé tout autant sur le plan théorique que dans les adaptation aux pratiques de terrain[22].
Une approche identique a été faite par Bernard Gay[23] lors de la réunion inaugurale de la WONCA Europe à Strasbourg en 1995. Il propose un modèle théorique, dans lequel la santé est reconnu comme un phénomène complexe. Ce modèle global ouvert sur l'extérieur, considère la maladie comme la résultante de facteurs organiques, humains et environnementaux. La volonté de centrer l'approche sur le patient est affirmée d'emblée :
«1. Une approche centrée sur le patient – 2. Une orientation vers le contexte familial et communautaire – 3. Un champ d'activités défini par les besoins et les demandes des patients – 4. Une réponse à la majorité des problèmes de santé non choisis et complexes»
L'O. M. S dans sa déclaration cadre de 1998[24] décrit un dispositif de caractéristiques pour apporter des soins intégrés centrés sur le patient :
«Globale : Des soins intégrés impliquant : la promotion de la santé, la prévention des maladies, les soins curatifs, de réhabilitation et de support, des aspects physiques, psychologiques et sociaux, les aspects cliniques, humains et éthiques de la relation médecin – patient.
Orientée vers la famille : S'adressant aux problèmes individuels dans le contexte : des circonstances familiales, des réseaux sociaux et culturels, des circonstances liées à l'emploi et au lieu de vie.
Orientée vers la communauté : Considérant les problèmes individuels dans un contexte qui prend en compte : les besoins en soins de santé de la communauté, les autres professionnels et les organisations.»
En 2002 la WONCA a proposé un «modèle holistique»[25].

À noter qu'il s'agit fréquemment de domaines spécifiquement sensibles, liés à l'être humain, la société, l'environnement, l'éthique, d'où quelquefois des utilisations à des fins politiques.

L'existence de deux camps antagonistes

Entre les tenants du holisme et ceux du point de vue symétrique et opposé qu'on nomme réductionnisme (déduction des propriétés du tout à partir de celles des parties : de la sociologie à partir de la psychologie, de l'écologie à partir de la biologie, de la thermodynamique à partir de la physique statistique, etc. ) on assiste le plus souvent à des querelles irréductibles[4]. Être holiste (ou réductionniste) revient, in fine, à exprimer une opinion à propos des débats métaphysiques relatifs à la nature de la réalité : finaliste contre déterministe, moniste contre dualiste, vitaliste contre mécaniste, agnostique contre gnostique, etc[26].

En sociologie

L'école de Max Weber est opposée à celle de Émile Durkheim. En effet, l'individualisme propose une compréhension de l'homme selon ses propres motivations. Ainsi, l'environnement prôné chez Durkheim est abandonné pour laisser place à un homme qui peut évoluer selon sa volonté et ce qui le pousse à agir. Cette école peut être reconnue comme plus optimiste sur la question du libre-arbitre.

En neurosciences

Le holisme cérébral est une tradition idéologique dans le domaine des neurosciences, qui considère que le cerveau est un organe qui fonctionne comme un tout, si quoique ce serait une erreur de vouloir l'analyser en isolant des aires qui auraient chacune un rôle spécifique dans une fonction cognitive spécifique. Le holisme est fréquemment associé à la théorie de l'équipotentialisme cérébral qui défend l'idée que l'ensemble des parties du cerveau sont équivalente dans leur fonction et que chacune est à même remplacer n'importe quelle autre en cas de dysfonction.

La doctrine holistique dite aussi «théorie universelle» a été vigoureusement défendue par Pierre Marie et Marie Jean Pierre Flourens contre Paul Broca à partir de la fin du XIXe siècle, surtout sur la question des bases cérébrales du langage. La découverte par ce dernier que des lésions situées dans une région du lobe frontal gauche (dite depuis aire de Broca) pouvait entraîner une aphasie (une incapacité à parler) mirent un coup sévère à la doctrine holistique. Le débat dans le milieu scientifique anglo-saxon fut porté par Friedrich Leopold Goltz et David Ferrier qui s'affrontèrent lors d'un conférence restée célèbre au cours du 7e Congrès Mondial de Médecine, en 1881 à Londres[27]. Goltz y présenta un chien sur lequel il avait pratiqué une lobotomie grossière du néocortex et qui restait capable de se déplacer, de voir ou d'entendre, bien que d'une manière visiblement altérée. Le contre-argument de Ferrier fut de présenter un singe dont il avait réséqué avec précision une partie assez restreinte du lobe frontal (le cortex moteur gauche). L'animal présentait un trouble bien précis : une paralysie du côté droit, particulièrement analogue à l'hémiparésie qu'observaient les neurologues de l'époque. Associés aux résultats de stimulations corticales pratiquées par Gustav Fritsch et Eduard Hitzig, les travaux de Broca, Ferrier et d'autres emportèrent l'adhésion des scientifiques à la théorie localisationnisme cérébral contre le holisme.

Dans sa forme extrême, le holisme cérébral n'est plus actuellement reconnu comme valable. Par contre, cette théorie continue d'inspirer de nouvelles questions sur le fonctionnement du cerveau dont on sait qu'il est un organe particulièrement densément connecté grâce aux fibres nerveuses qui relient les neurones entre eux autant localement qu'à plus longue distance, par exemple entre les deux hémisphères.

En Médecine

  • Une vision réductionniste compartimentée ?

Le réductionnisme, dans son sens méthodologique, représente l'attitude de ceux qui soutiennent qu'une explication scientifique est nécessairement analytique, réductrice des phénomènes biologiques à des principes physiques et que la question des causes finales (ou téléologie) tombent en dehors de la science. La cause finale est réduite à la cause efficace. Ce courant de pensée et la rationalisation qui s'ensuivit a abouti pour la première fois dans l'histoire à des guérisons concrètes. Les chercheurs ont découvert mille secrets pour produire tout autant de remèdes. Cette méthode est devenue dominante et privilégie les hypothèses expérimentalement vérifiables, marginalisant l'impact des travaux scientifiques d'aspect non-réductionniste (recherches psychosomatiques, impacts environnementaux et déterminants socio-culturels de la santé, études scientifiques de thérapeutiques non-conventionnelles ou issues des médecines respectant les traditions, etc. ). En réaction à cette censure, le point de vue opposé au réductionnisme – le holisme – a fait valoir ses arguments et porté la contradiction.

  • Une vision qui prône l'unité ?

Signée par la quasi-totalité des états membres, la constitution de l'O. M. S donne une définition universelle de la santé : «La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas en une absence de maladie ou d'infirmité.» Suivant cette voie, les défenseurs d'une approche systémique de la santé ont permis d'élargir le champ des recherches médicales limité alors, pour la majeure partie, à son aspect biologique. À l'instar de l'anthropologie démontrant que " la véritable définition du normal et de l'anormal dépend du cadre culturel auquel on se réfère " [28], la médecine occidentale (en France, grâce à la célèbre thèse du Dr Canguilhem sur le normal et le pathologique) a commencé à s'ouvrir au nouveau paradigme ainsi qu'à admettre, selon les termes du biologiste franco-américain René Dubos que «l'étiologie multifactorielle est la règle plutôt que l'exception [29]». Soulignant que la santé dépend de variables qualitatives, la définition de l'O. M. S invite à prendre en compte la dimension psychique – subjective, culturelle – de l'être humain. Portées pour la majeure partie par la discipline de médecine générale, des études ont vu jour sur ces variables qualitatives de la santé. Ces travaux interdisciplinaires sur les liens complexes de la médecine avec l'éthique, la sociologie, la psychologie, l'anthropologie, la politique, l'économie ont permis le retour des sciences humaines dans les enseignements des facultés médicales. Les conjectures touchant à la santé ainsi qu'à ses déterminants ont donné l'occasion de rencontres entre les sciences biologiques et les sciences humaines.

Pour rééquilibrer les excès d'une vision mécaniste de la médecine et considérer les déterminants psycho-socio-culturels de la santé, est-il stratégique d'opposer au réductionnisme, le peu de résultats pratiques de l'holisme ? Les excès du réductionnisme ne seraient-ils pas plus soluble dans une «méta-méthode» qui considèrerait la complexité médicale. Cette nouvelle méthode incorporerait le meilleur des approches réductionnistes et holistiques et saurait faire communiquer le laboratoire et le terrain – des données actuelles de la sciences à leur application en pratique ambulatoire [30] :

"Les logiques sur lesquelles reposent le savoir médical ont des conséquences profondes sur la pratique clinique et sur les représentations de la santé et du vivant. Les notions de réduction et d'émergence jouent un rôle capital dans ces logiques. La microréduction forme la stratégie d'analyse prédominante dans une biomédecine dont le savoir repose sur des interactions moléculaires. De même, selon la macroréduction, la partie est définie selon son appartenance au tout, comme dans l'épidémiologie génétique. Quant à l'émergence, elle décrit les propriétés d'un tout absentes chez ses parties constituantes, notion qui renvoie à la définition du vivant s'accordant avec la notion d'évolution. Le succès apparent de la réduction comme modalité d'analyse a génèré chez les scientifiques et dans l'opinion un micro-réductionnisme idéologique, qui correspond ontologiquement au physicalisme (les choses peuvent être expliquées à partir de la compréhension de leur parties constituantes) ainsi qu'à l'atomisme (les choses évoluent de façon autonome, isolée, indépendamment de l'évolution des autres choses). Les conceptions réductionnistes génétiques donnent une nouvelle représentation totalisante du vivant où le passé, le présent et le futur des organismes se trouvent traduits dans la fausse linéarité de leurs génomes, pouvant apporter des bases quantitatives à la définition de standards de normalité génétique ainsi qu'à l'établissement d'hiérarchies. La pratique de la recherche devrait intégrer les contraintes, les limites et l'intérêt de la réduction comme méthode. Elle devrait aussi tenir compte des risques d'un réductionnisme idéologique étendu à l'ensemble des aspects de l'existence, dont la légitimité reste problématique et dont les conséquences éthiques, philosophiques et politiques dépassent beaucoup la simple portée du choix d'une stratégie de recherche. " [31]

Certains auteurs [32] tentent de dépasser le clivage de l'holisme qui s'oppose au réductionnisme et se réfèrent à la «systémique». Dans ce courant on peut citer la «systémique» telle que définie dans les travaux publiés par Humberto Maturana [33] et son équivalent français «la pensée complexe» d'Edgar Morin. Ne faudrait-il pas, pour porter la volonté de répondre aux problèmes de santé dans leurs dimensions physique, psychologique, sociale, culturelle et existentielle, offrir une bannière plus consensuelle qui assurerait la complémentarité et le dialogue entre les conceptions réductionnistes (plus linéaire) et holistique (plus systémique)  ? Ne serait-il pas plus sage de fonder une méthode propre à la médecine générale qui intègre et dépasse les héritages du réductionnisme et de l'holisme ? Une méthode apte à relier, contextualiser, globaliser, et en même temps à reconnaître le singulier, l'individuel, le concret. Apte à concevoir l'organisation tout en traitant avec l'incertitude. Apte à centrer sur le sujet l'exercice de la médecine générale.

Le tout et les parties

Les approches systémiques visent à faire la synthèse entre le holisme et son opposé en adoptant une formulation atténuée, qui dit qu'un être est partiellement déterminé par le tout dont il fait partie : il faut connaître ce tout (mais cela ne suffit pas) pour comprendre les propriétés de l'élément.

L'expression consacrée est : «Le tout est plus que la somme de ses parties.»

Edgar Morin a expliqué clairement que la "pensée complexe" n'est ni holiste, ni réductionniste[34] : " (... ) Il ne s'agit pas d'opposer un holisme global en creux au réductionnisme mutilant; il s'agit de rattacher les parties à la totalité. Il s'agit d'articuler les principes d'ordre et de désordre, de séparation et de jonction, d'autonomie et de dépendance, qui sont en dialogique (complémentaires, concurrents et antagonistes) au sein de l'univers. (... ) "

Utilisations idéologiques du terme "holisme"

Depuis sa naissance, en 1926, sous la plume de Jan-Christiaan Smuts, ce concept a toujours été particulièrement polémique. le terme "holitisque" est abondamment utilisé par les milieux antisciences, les mouvements ésotériques et les groupes sectaires[35].

Les héritiers de Jan Christiaan Smuts sont les partisans contemporains du dessein intelligent- «Intelligent design», branche rationaliste du polémique mouvement créationniste américain. Le «holysme» de ces milieux représente une certitude, un «ciel mystique de la totalité», la totalité comme solution finale.

Excès des deux thèses

Le dogme réductionniste est une «intelligence parcellaire, compartimentée, mécaniste, disjonctive, qui brise le complexe du monde en fragments disjoints, fractionne les problèmes, sépare ce qui est relié, unidimensionnalise le multidimensionnel. Qu'il s'agit là, d'une intelligence à la fois myope, presbyte, daltonienne, borgne ; qui finit le plus fréquemment par être aveugle. Elle détruit dans l'œuf l'ensemble des possibilités de compréhension et de réflexion, éliminant aussi toutes chances d'un jugement correctif ou d'une vue à long terme. Ainsi, plus les problèmes deviennent multidimensionnels, plus il y a incapacité à penser leur multidimensionnalité ; plus progresse la crise, plus progresse l'incapacité à penser la crise ; plus les problèmes deviennent planétaires, plus ils deviennent impensés. Incapable d'envisager le contexte et le complexe planétaire, l'intelligence réductionniste aveugle rend inconscient et irresponsable»[34]. À cette définition du réductionnisme peut être juxtaposée celle d'un holisme qui dilue chaque élément dans une globalité molle et rend incapable de penser exactement le différent, qui réduit toute pluralité et gomme toute différence en une vision unitaire, uniforme. Qui rend l'action imprécise et conduit à l'impuissance et au totalitarisme.

Confucius

L'homme parfait (Ren) de Maitre Kong :

Il devait réussir à mener sa vie entre terre et ciel. Le nez assez près de la terre pour distinguer (réductionnisme). Mais pas trop près au risque de ne plus rien y voir. Ses actes gagnaient alors en précision et distinction, la stratégie devenait envisageable, et l'action puissante. Il devait aussi savoir lever le nez vers le ciel pour relier (holisme). Mais pas trop au risque de s'envoler vers des altitudes ou plus rien d'humain n'est distinguable et ou l'atmosphère devient de plus en plus incompatible avec la vie. Il devenait alors aptes à faire des choix avec sagesse et efficience et devenait un maître dans l'entretien de la vie. Ce «Ren» était un but à atteindre car il était censé offrir «la longue vie qui procure la vision sans fin». À partir de cette solidité de l'expérience consciente en nous, se déverse, déborde ses propres prolongements que sont les techniques, les recettes, les arts. Faut-il alors comprendre le savoir-faire, purement et simplement, comme un savoir être ? Agir avec maîtrise n'est-il pas le propre de celui qui, de l'ensemble des savoir, ne retient que le savoir qui identiqueise le faire et l'être ?

Culture populaire

Le personnage Dirk Gently de l'écrivain britannique Douglas Adams croit en une «interconnexion principale» entre toute chose et possède une «agence holistique de détectives privés».

Bibliographie

  • Colloque de l'Mondial Association for Landscape Ecology (IALE)
  • «Holistic Landscape Ecology in Action» (Landscape and Urban Planning, volume 50, issue 1-3).

Notes et références

  1. Smuts, Jan. Holism and Evolution. Londres : Macmillan & Co Ldt, 1926, 362 p.
  2. http ://www. allerg. qc. ca/trucsaddit. html "Les promoteurs du charlatanisme sont habiles dans l'usage de slogans et de mots à la mode. Durant les années'70, ils ont popularisé le mot "naturel" comme un mot magique dans la vente. Durant les années'80, le mot "holistique" est devenu populaire. Actuellement, le mot à la mode est "alternatif" (ou médecine alternative ou douce) "
  3. Smuts, Jan. Holism and Evolution. Londres : Macmillan & Co Ldt, 1926, 362 p.
  4. ab Résumé de : LARGEAULT J., Réductionnisme et holisme, Encyclopédia universalis, (2000) vol. 19, p. 523-527
  5. Platon, Apologie de Socrate, Criton, Phédon, trad. M. -J. Moreau, ed. Gallimard, Folio Essais, 1985.
  6. Aristote, La Métaphysique, trad. Annick Jaulin, PUF, 1999
  7. De l'Allemand «Welt», le monde, et «Anschauung», l'idée, la vue, l'opinion, la représentation. Terme désignant la conception du monde de chacun selon sa sensibilité spécifique. La weltanschauung est un regard sur le monde (ou une conception du monde), d'un point de vue métaphysique, surtout dans l'Allemagne romantique.
  8. The Columbia Encyclopedia, Sixth Edition.
  9. Brelet Claudine, Médecine du monde, Robert Laffont col. Bouquins, 2002.923 p.
  10. Brelet Claudine, Médecine du monde, Robert Laffont col. Bouquins, 2002. p. 125
  11. GODIN Ch., Dictionnaire de philosophie, FAYARD / édition du temps. (2004), p. 570-1
  12. DUHEM P., La théorie physique, son objet, sa structure (1906), Vrin, 1981.
  13. QUINE W. V., «Les deux dogmes de l'empirisme» (1951), De Vienne à Cambridge, l'héritage du positivisme logique de 1950 à nos jours, P. Jacob (éd. ), Gallimard, 1980.
  14. Otto Neurath (1882-1945) est un philosophe, sociologue et économiste autrichien. Il fut un des co-rédacteurs en 1929 de La Conception scientifique du monde plus connu sous le nom de Manifeste du cercle de Vienne.
  15. Dans L'évolution créatrice (1907), Bergson oppose l'élan vital, «force créant de façon imprévisible des formes encore plus complexes», à une vision mécaniste et finaliste de l'évolution.
  16. BERGSON Henri, L'évolution créatrice (1907). Ouvrage originalement publié en 1907.86e édition. Paris : Les Presses universitaires de France, 1959, 372 pages. Collection Bibliothèque de philosophie contemporaine.
  17. BLAY Michel (sous la direction de ), Grand dictionnaire de la philosophie. Larousse/C. N. R. S édition, Paris (2003)
  18. McWhinney Ian R The importance of being different. British Journal of General Practice, 1996, 46, 433-436
  19. Prigogine Ilya et Stengers Isabelle, La nouvelle alliance. 2e éd, Paris : Gallimard (Collection Folio), 1986.439 p.
  20. Rosnay, J. Le macroscope (Collection : Points Essais), Paris, Seuil, 1 février 1977, 305 p.
  21. Morin, Edgar. Introduction à la pensée complexe. Réimpr., avril 2005. Paris : Seuil (Collection : Points Essais), 1990.158 p.
  22. Engel, G L. “The need for a new medical model : a challenge for biomedicine. ” Science (New York, N. Y. ). 196.4286 (1977)  : 129-36.
  23. Gay Bernard, What are the basic principles to define general practice, Presentation to Inaugural Meeting of European Society of General Practice/Médecine de famille, Strasbourg, 1995
  24. Framework for Professional and Administrative Development of General Practice / Médecine de famille in Europe, WHO Europe, Copenhagen, 1998
  25. WONCA EUROPE (La société Européenne de médecine générale – médecine de famille) (Préparé par), La définition Européenne de la médecine générale – médecine de famille. WONCA EUROPE, 2002. Version en ligne (sept 2006)  : CNGE : [1] et SSMG : [http :// www. ssmg. ch]
  26. Edlin G. & Golanty E. Health & wellness :A Holistic Approach 4th edn. Jones & Boston. 1992.
  27. The Goltz–Ferrier debates and the triumph of cerebral localizationalist theory. Kenneth L. Tyler and Rolf Malessa. Neurology (2000) vol. 55, pp. 1015-1024 PubMed
  28. HERSKOVITS M., les bases de l'anthropologie culturelle, p. 57-58
  29. DUBOS R., Man, Medicine and Environment, p. 87-113
  30. Pouchain Denis. Des données actuelles de la science à leur application en pratique ambulatoire. EBM Journal. 26 (2001)  : Commentaires
  31. In Boury, D. Recherche biomédicale : le débat autour des notions de réduction et d'émergence. Annales de Biologie Clinique. 63.6 (2005)  : 573-9.
  32. Sturmberg, Joachim P. “Systems and complexity thinking in general practice. Part 2 : application in primary care research. ” Australian family physician. 36.4 (2007)  : 273-5. “Systems and complexity thinking in general practice : part 1 - clinical application. ” Australian family physician. 36.3 (2007)  : 170-3.
  33. Maturana, Humberto. The origin of the theory of autopoietic systems. in Fischer, H. R. (ed. ), 1991
  34. ab Morin, Edgar. «Le besoin d'une pensée complexe, in 1966-1996, La passions des idées», Magazine littéraire, Hors Série, décembre 1996
  35. Rapport n° 3507 commission d'enquête relative à l'influence des mouvements à caractère sectaire ainsi qu'aux conséquences de leurs pratiques sur la santé physique et mentale des mineurs, Georges Fenech, Philippe Vuilque, 12 décembre 2006. [2]
    • Rapport n° 2468, commission d'enquête sur les sectes, Alain Gest et Jacques Guyard, 22 décembre 1995. [3]

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Holistique.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 24/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu