Médecine tibétaine traditionnelle

La médecine tibétaine traditionnelle est une des plus anciennes médecines au monde et remonte à près de 2500 ans. Elle utilise jusqu'à deux mille types de plantes et cinquante minéraux.



Catégories :

Tibet - Médecine traditionnelle - Médecine non conventionnelle - Médecine tibétaine - Science au Tibet

Recherche sur Google Images :


Source image : ile-mysterieuse.over-blog.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La médecine tibétaine respectant les traditions est une des plus anciennes médecines au monde et ... Gyen-rGyu rLung, Khyab- Byed rLung, Me-mNyam rLung, Thur-Sel rLung.... (source : ongong.canalblog)

La médecine tibétaine traditionnelle est une des plus anciennes médecines au monde et remonte à près de 2500 ans. Elle utilise jusqu'à deux mille types de plantes et cinquante minéraux.


Les origines ancestrales

Le Tibet avant le Ve siècle était essentiellement marqué par culture chamanique correspondant à la tradition bön. La médecine y aurait été alors basée sur la magie, l'exorcisme des pratiques chamaniques.

L'influence bouddhiste

C'est au Ve siècle que deux sages médecins, Vidjaya et Vimala, originaires d'Inde se rendirent au Tibet. Ils y restèrent plus d'une décennie, s'employant à soigner et transmettre leur savoir. Le roi du Tibet de l'époque fut particulièrement touché par leur bonté et offrit une de ses filles en mariage à Vidjaya. Ils eurent un enfant Dounggui tor-tcho qui devint un médecin célèbre. Il fonda la première lignée médicale dont le plus éminent représentant est Yutok Yonten Gonpo le jeune au XIIe siècle.

Une des premières personnalités dans le développement de cette médecine fut Yutok Yonten Gonpo l'ancien (VIIIe siècle, 708-833), médecin renommé qui écrivit les «Quatre Tantras Médicaux», connu sous le nom tibétain de rGyud-bZhi, ouvrage fondateur de la médecine tibétaine respectant les traditions, intégrant différents éléments des médecines d'Asie comme celles de Perse, d'Inde et de Chine. Cet ouvrage comprend un total de 156 chapitres sous la forme de 80 peintures ou Thangkas. Il fut modifié et complété par les générations suivantes.

Au XIIe siècle, né en 1126 le 13e descendant de Yutok Yonten Gonpo, Yuthok Sarma Yonten Gonpo. Ce dernier fut reconnu comme l'un des plus grand médecin depuis son ancêtre, il étudia longuement la médecine, surtout en Inde et au Népal, et il modifia et compléta le rGyud-bZhi. Il fit un tableau décrivant la réparation d'une fracture osseuse et compila une série d'images anatomiques d'organes internes.


Les principes de la médecine tibétaine

La médecine tibétaine est un dispositif médical respectant les traditions qui emploie une approche complexe de diagnostic, incorporant des techniques telles que l'analyse des pouls et de l'urine. Le médecin tibétain (Amchi) donne des conseils de modification de comportement et diététique. Des médecines confectionnées à partir d'herbes médicinales et de minéraux ; des thérapies physiques comme l'acupuncture tibétaine ou la moxibustion sont utilisées pour traiter le malade.

Le dispositif médical tibétain est basé sur une synthèse des savoirs Indien (Ayurveda), Persan (Yunâni), Grec, autochtone Tibétain, et les dispositifs médicaux chinois. Il continue à être pratiqué au Tibet, en Inde, au Népal, au Bhoutan, au Ladakh, en Sibérie, en Chine, en Mongolie et en Bouriatie, de même que plus récemment dans des parties de l'Europe et d'Amérique du Nord. Il est lié à la tradition bouddhiste selon laquelle toute maladie résulte en définitive de «trois poisons» de l'esprit : le désir excessif, la haine et l'ignorance.

La médecine tibétaine met en avant une définition spécifique de la santé dans ses textes théoriques. Pour être en bonne santé il est indispensable de maintenir un équilibre entre trois éléments ou «humeur» : RLüng (pron. Loong, le vent), mKhris pa (pron. Tri-pa, la bile), et Bad-kan (pron. Paie-gen, le phlègme).

RLüng est la source permettant à notre corps de faire circuler des substances physiques (par ex. le sang), l'énergie (par ex. les impulsions du dispositif nerveux), et non-physique (par ex. les pensées).
Il y a cinq catégories différentes de rLung, chacune avec un emplacement et une fonction spécifique : Srog-'Dzin rLung, Gyen-rGyu rLung, Khyab-Byed rLung, Me-mNyam rLung, Thur-Sel rLung.

MKhris-pa est relié au feu ainsi qu'à la chaleur, c'est la source de fonctions telles que la thermorégulation, le métabolisme, la fonction du foie et l'intelligence discriminative.
Il y a cinq catégories différentes de mKhris-pa chaque avec les emplacements et les fonctions spécifiques :'Ju-Byed mKhris-pa, sGrub-Byed mKhris-pa, mDangs-sGyur mKhris-pa, mThong-Byed mKhris-pa, mDog-Sel mKhris-pa.

Bad-kan est relié à la fois à l'eau ainsi qu'à la terre. Il est de nature froide, et est la source de fonctions telles que la digestion, l'entretien de notre structure physique, la santé de nos articulations et notre stabilité mentale.
Il y a cinq catégories différentes de Bad-kan chacune avec des emplacements et des fonctions spécifiques : rTen-Byed Bad-kan, Myag-byed Bad-kan, Myong-Byed Bad-kan, Tsim-Byed Bad-kan, 'Byor-Byed Bad-kan.

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9decine_tib%C3%A9taine_traditionnelle.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 24/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu