Ostéopathie / Ostéopathe

L'ostéopathie est une médecine non conventionnelle qui se veut à la fois préventive et curative. Créée vers 1874 par le médecin américain Andrew Taylor Still, elle est principalement fondée sur des techniques manuelles visant à la conservation...



Catégories :

Ostéopathie - Médecine non conventionnelle - Métier de la santé - Pseudo-science

Recherche sur Google Images :


Source image : decitre.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • Méthode thérapeutique fondée sur la manipulation des os, ligaments, articulations, muscles, nerfs pour un meilleur fonctionnement du corps... (source : fr.wiktionary)
  • L'ostéopathie est une science thérapeutique naturelle qui repose sur la recherche des déséquilibres et des pertes de mobilité des ... (source : assurexia)
  • Méthode de soins visant à ré-harmoniser les rapports de mobilité et de fluctuation des structures anatomiques.... (source : mutuelleprevoyancesante)
La pratique de l'ostéopathie inclut la palpation, la manipulation des os, des muscles, des articulations et des fasciæ.

L'ostéopathie (du grec ὀστέον, ostéon, «os» et πάθος, páthos, «maladie») est une médecine non conventionnelle qui se veut à la fois préventive et curative. Créée vers 1874 par le médecin américain Andrew Taylor Still (1828-1917), elle est principalement fondée sur des techniques manuelles visant à la conservation ou la restauration de la mobilité des différentes structures de l'organisme. Elle se base sur l'idée selon laquelle toute perte de mobilité naturelle des organes les uns comparé aux autres apparaît au niveau des muscles, des tendons, des viscères, du crâne ou des enveloppes (fascia) et induit des dysfonctionnements.

Les tenants de l'ostéopathie considèrent que la remise selon la mécanique corporelle - si elle est pratiquée assez tôt et si les atteintes ne sont pas trop importantes - peut corriger le désordre correspondant et mener l'organisme à l'auto-guérison. Les ostéopathes considèrent eux-mêmes qu'une médecine plus conventionnelle est indispensable pour les maladies graves, purement organiques ou s'accompagnant d'états infectieux ou inflammatoires graves. Ils traitent plutôt certaines pathologies fonctionnelles, peut-être psychosomatiques. Ils traitent quelquefois aussi le nourrisson (insomnies, correction de déformations crâniennes induites par l'utilisation de ventouses ou d'un forceps lors de l'accouchement).

Les principes fondamentaux de l'ostéopathie sont reconnus comme dogmatiques par certains auteurs, qui mettent en doute le lien entre sa pratique et les guérisons constatées. Ils classent l'ostéopathie (au moins pour son aspect théorique) dans la catégorie des pseudo-sciences[1]. D'autre part, des inquiétudes ont été formulées vis-à-vis des risques liés aux techniques de manipulation, surtout vertébrales, pratiquées par certains ostéopathes.

Principes fondateurs

L'ostéopathie est organisée autour de quatre principes de bases  :

  1. Chaque structure du corps a une fonction physiologique, chaque fonction entretient une certaine structure et la structure gouverne la fonction. A titre d'exemple, le tube digestif est reconnu comme structure, la digestion comme fonction et la forme (ondulations, villosités, microvillosités, etc. ) de l'intestin permet sa fonction (digestion, rôle dans l'immunité et le dispositif hormonal…). Le squelette, comme charpente osseuse, et sa musculature ont une grande importance, comme support des autres dispositifs et organes dont la mobilité naturelle est indispensable pour un bon fonctionnement durable des dispositifs nerveux, musculaire, circulatoire, respiratoire, etc.
  2. Concept d'unité et d'interrelations entre les différentes parties du corps (il est commun à bien des médecines)  : l'ensemble des parties du corps sont reliées, par la vascularisation, le dispositif nerveux, le tissu conjonctif, le dispositif lymphatique et hormonal), mais également de l'être humain dans sa globalité, rassemblant ses aspects physique, émotionnel, mental, intellectuel et spirituel. L'ostéopathie postule une interrelation entre la structure et la fonction : un organe ne pourrait fonctionner correctement que si sa configuration tridimensionnelle est conforme à ce qu'elle devrait être, et vice versa.
  3. Principe d'auto-guérison : le corps dispose de nombreux dispositifs de réparation, adaptation, défense ou compensation. Ce postulat de Andrew Taylor Still, créateur de l'ostéopathie, est reconnu comme peu scientifique par certains. L'ostéopathe ne ferait que stimuler les facultés d'auto-guérison chez le patient. Les ostéopathes fondent leur réflexion sur les conditions qui ont mis ces moyens en défaut, et tentent de lever l'obstacle.
  4. Le rôle de l'artère est absolu : toute structure somatique non atteinte d'une lésion organique est capable de fonctionner normalement, pour peu que sa vascularisation soit correcte et que l'alimentation ait apporté des nutriments qualitativement et quantitativement suffisants.

Ces concepts sont appliqués à l'anatomie ainsi qu'à la physiologie humaines. «Le rôle de l'artère» est une manière spécifique de voir les choses[pas clair]. Actuellement, l'ensemble des ostéopathes n'y accordent pas la même importance. Les ostéopathes dits «scientifiques», considèrent que ce rôle n'est pas suffisant pour assurer une fonction normale.

Histoire

La médecine ostéopathique ou médecine des maladies de l'os, s'appuyant sur les bases anatomiques et physiologiques du corps, est apparue au XIXe siècle, sous l'impulsion de deux hommes dont l'esprit curieux et ouvert, permit de poser les premiers fondements d'un art diagnostique et thérapeutique consistant d'une part à examiner et traiter globalement un individu au lieu de traiter sa maladie, d'autre part à tenter de conserver sa santé à l'individu pour éviter qu'il ne contracte une maladie. Ces deux hommes sont Andrew Taylor Still et William Garner Sutherland.

L'apparition de la médecine ostéopathique

L'ostéopathie fut fondée par A. T. Still. En automne 1874, pendant une épidémie, il guérit un enfant de la dysenterie puis dix-sept autres avec succès ; ce fut le premier traitement ostéopathique.

Le 22 juin 1874, il rompt définitivement avec la médecine respectant les traditions qui n'a jamais vraiment répondu à ses espérances et expose ses théories et résultats sur l'ostéopathie. Il établit les grands principes de l'art ostéopathique : «Je lance au vent la bannière de l'Ostéopathie !». Jusqu'en 1878, il guérit avec ses mains, ce qui devient particulièrement inconvenant pour ses pairs[pas clair].

En 1892, l'American School of Osteopathy est créée à Kirksville. Il s'agit du premier collège d'ostéopathie au monde. Il consacre la reconnaissance officielle de l'ostéopathie dans l'état du Missouri. Les étudiants qui y sont constitués reçoivent le titre de D. 0. graduate (docteur en ostéopathie) et non pas de M. D. (docteur en médecine). Still tenait, dès le départ, à faire la différence entre deux activités professionnelles complètement différentes.

De 1892 à 1900, l'ostéopathie couvre dans tout le Sud des États-Unis.

De 1894 à 1900, se développe une opposition violente des instances médicales officielles. L'ostéopathie prend néenmoins le droit d'exercice dans la majorité des états, comme profession paramédicale, sans possibilité de prescription de médicaments, mais avec le droit de pratiquer l'obstétrique et la chirurgie. Des collèges de médecine s'ouvrent légèrement partout aux États-Unis.

1905 est l'année de publication du Rapport Flexner. La médecine respectant les traditions toujours prédominante, fortement organisée et structurée face à la toute jeune médecine ostéopathique, par le biais de la puissante Association de médecine américaine (AMA), exerça une énorme pression sur les pouvoirs publics qui nommèrent alors la commission Flexner. Celle-ci obtint, après inspection des institutions médicales privées, la fermeture de nombreux collèges et empêcha la création de ceux en cours de constitution. L'opinion publique en fut tellement scandalisée que des pétitions au niveau national obligèrent le président Theodore Roosevelt, dont la famille était traitée par ostéopathie, à autoriser l'ouverture de ces collèges en cours de constitution.

Le premier état à légitimer l'ostéopathie fut le Vermont en 1896. Il faudra près de 100 ans pour que la Californie, dernier état de l'Union, obtienne ce même droit par une lutte opiniâtre en 1974. Viola Fryman, à la tête d'une poignée de vieux ostéopathes, en dernier recours auprès du Juge du Tribunal suprême des États-Unis, obtient le droit de créer le College of osteopathic medicine of the Pacific à Pomona. La profession d'ostéopathe désormais reconnue, obtient en 1969 les droits et privilèges médicaux et chirurgicaux.

Naissance du concept crânien dans le domaine de l'ostéopathie

William Garner Sutherland était étudiant à Kirksville à la fin du XIXe siècle. Un jour, il se mit à observer un crâne désarticulé et fut frappé par la présence de biseaux sur l'os temporal. Ce biseau évoquait une mobilité articulaire analogue à celle des ouïes d'un poisson. Il pensa que cela n'avait pas vraiment de sens et pendant 10 ans, il s'efforça de ne plus y penser. Cependant, il repensait toujours à cette ressemblance avec les ouïes du poisson. Il décida finalement de se prouver que son raisonnement était une absurdité et qu'il n'y avait totalement aucun fondement rationnel et scientifique à ses propres idées. Au bout de 20 ans, autrement dit 30 ans après sa première observation, il en était arrivé à des conclusions précises.

En 1939, il publie le résultat de ses recherches dans The cranial bowl (La boule crânienne), accueilli avec indifférence ou scepticisme. Un grand soutien lui est cependant apporté par le Dr Kimberley, un neurochirurgien américain. Son élève, Harold Magoun, poursuivit son œuvre et publia en 1951 Osteopathy in the cranial field (Ostéopathie dans le champ crânien), le livre de référence de l'ostéopathie crânienne.

Développement de la médecine ostéopathique en Europe

Le britannique John Martin Littlejohn séjourne longtemps à Chicago et reçoit l'enseignement direct de Still. Avec l'accord reçu de ce dernier de son vivant, Littlejohn crée la British School of Osteopathy à Londres en 1918.

Elle restera l'unique école anglaise jusqu'à l'apparition de l'Osteopathic Institute of Applied Techniques à Maidstone, créé par John Werhnam, élève de John Martin Littlejohn.

L'École française d'ostéopathie est créée en 1957 sous la direction de Paul Geny. Elle délivre un enseignement privé pour médecins et kinésithérapeutes. Les difficultés répétées du pouvoir médical obligent l'expatriation[pas clair] de l'École française d'ostéopathie en Angleterre où elle devient l'École européenne d'ostéopathie de Maidstone en 1960.

En 1973, la Société mondiale d'ostéopathie, siégeant à Genève, recommande des normes d'enseignement de l'ostéopathie de type universitaire en 3 cycles totalisant 5000 heures de cours en 6 années après le baccalauréat ou son équivalent national pour déboucher sur une profession compétente en matière de prévention et de conservation de la Santé, suivant les recommandations de l'OMS.

Outils thérapeutiques

L'ostéopathe dispose de différentes approches thérapeutiques qu'il considère adaptés aux besoins spécifiques du patient, à ses propres affinités ainsi qu'à ses propres connaissances [2]. On peut distinguer parmi celles-ci [3] :

Le texte Référentiel profession ostéopathe, établi par cinq associations ostéopathiques conjointement avec les pouvoirs publics, reconnaît trois pratiques ostéopathiques : celle dite structurelle (incluant les manipulations vertébrales et articulaires) ou thrusts technics, l'ostéopathie viscérale (qui intéresse les organes) et l'ostéopathie crânienne.

La palpation recherche les dysfonctions somatiques au sein de l'ensemble des tissus du corps. En dehors de l'interrogatoire, la main représente l'outil essentiel tant du diagnostic que du traitement. Ici aussi, les concepts s'opposent. Pour certains ostéopathes, la main n'est rien ; c'est le dispositif nerveux central du thérapeute qui est l'outil de traitement.

L'ostéopathie s'adresse au corps entier (cf. concept d'unité). L'action sur ces différents dispositifs passerait par un lien physiologique majeur : le dispositif nerveux. En effet, l'ensemble des techniques auraient comme point commun d'émettre des informations aux éléments afférents du dispositif nerveux périphérique et du dispositif nerveux végétatif (sympathique et parasympathique). Ceci expliquerait pourquoi l'action de l'ostéopathie sur le corps n'est pas locale, mais toucherait la totalité de l'organisme.

Bien que non spécifiques et non démontrées, les techniques ostéopathiques auraient ainsi une action bénéfique sur les symptômes d'affections touchant les domaines suivants :

Efficacité

À ce jour, particulièrement peu d'études scientifiques ont évalué l'efficacité de l'ostéopathie. Elles sont sporadiques et leurs résultats quelquefois contradictoires.

Une étude publiée dans le New England Journal of Medicine et reprise par le Quotidien du médecin français, démontre l'efficacité des traitements ostéopathiques dans les cas de lombalgie subaigüe (patients souffrant depuis plus de trois semaines mais moins de six mois) [4].

Les rachialgies

Chez des personnes souffrant de rachialgies, un traitement ostéopathique en plus du traitement classique perfectionne l'état algique et psychologique à cours terme (2 mois) et l'état psychologique à plus long terme (6 mois) [5].

Les lombalgies

L'étude du UK BEAM trial team[6] sur 1 334 patients lombalgiques a confirmé le bénéfice d'un traitement ostéopathique à 3 mois ainsi qu'à une année. Ces résultats semblent être perfectionnés par l'ajout d'exercices en plus des manipulations.

L'ostéopathie aurait aussi des effets bénéfiques chez les sujets souffrants de hernies discales vu que cette approche est plus efficace[7] et comporte moins de risques[8] que la chimionucléolyse.

Chez les patients présentant une lombalgie commune aigüe ou récidivante pour lesquels les AINS[pas clair] sont contre-indiqués, l'ostéopathie peut être une bonne alternative vu que les mêmes résultats cliniques sont obtenus en prenant moins d'anti-inflammatoires[9].

Le fait que l'ostéopathe prenne en considération l'aspect biopsychosocial de la rachialgie et les bénéfices qu'en tirent les patients peuvent expliquer la raison pour laquelle les patients lombalgiques continuent à consulter l'ostéopathe à plus long terme (de 1 à 4 ans) sans pour tout autant en tirer profit sur leur état physique[10], [11].

Il est envisageable que les bénéfices du traitement ostéopathique soient d'avantage liés à la prise en charge du patient qu'aux seules manipulations[12]. Ceci semble être du moins applicable aux patients souffrant de lombalgie chronique car Licciardone et al. [13] ont montré que le fait de consulter un ostéopathe diminue la douleur, perfectionne l'état fonctionnel et diminue les recours aux autres traitements indépendamment du fait que le traitement ait été simulé ou non. La satisfaction des patients est apparemment semblable qu'ils reçoivent le traitement placebo ou le traitement ostéopathique[14]. Néenmoins Assendelft et al. [15] ont montré par une méta-analyse que la manipulation est plus efficace qu'un traitement placebo. La méta-analyse n'a cependant pas mis en évidence la supériorité de la manipulation aux traitements habituels. L'analyse qualitative de Bronfort et al. [16] conclut qu'il existe une évidence modérée de l'efficacité des manipulations vertébrales comparé aux traitements habituels en médecine physique (physiothérapie) et ceci essentiellement pour les lombalgies aigües. En ce qui concerne la lombalgie chronique, la manipulation seule n'est pas plus efficace que le traitement placebo ou les AINS selon la méta-analyse de Ferreira et al. [17]. Finalement, de nouvelles études sont nécessaires pour évaluer l'effet antalgique du traitement ostéopathique sur les lombalgies chroniques[18], [19]

Les cervicalgies

Le traitement ostéopathique semble être bénéfique indépendamment du fait qu'une cervicalgie soit chronique ou sub-chronique[20]. Ce traitement s'est aussi montré plus efficace que l'injection intramusculaire de Ketorolac[21]. L'analyse qualitative de la littérature montre aussi que les manipulations cervicales ou la mobilisation semblent êtres bénéfiques pour les cervicalgies subaigües ou chroniques d'origine mécanique avec ou sans céphalées si elles sont accompagnées d'exercices[22], [23].

Les manipulations cervicales présentent cependant une évidence modérée d'efficacité pour les atteintes chroniques[24]. La manipulation seule ne semble pas être plus efficace que d'autres interventions[25] comportant moins de risques. Cleland et al. [26] ont montré que la manipulation d'autres structures avoisinantes (les dorsales hautes) apporte aussi des bénéfices sur les cervicalgies.

Les céphalées

Aucune étude évaluant l'efficacité du traitement ostéopathique lors de céphalées n'a été recensée. Bonfort et al. [27] ont déduit de la littérature que les manipulations cervicales réalisées sur les patients souffrant de céphalées seraient plus efficaces que le massage et qu'ils auraient des effets à court terme identiques à celui des traitements prophylactiques habituels pour les céphalées cervicogéniques ou les migraines.

Une étude plus récente[28] a montré l'efficacité des manipulations cervicales sur les céphalées cervicogéniques à plus long terme (1 année).

Malgré cela, d'autres études rigoureuses comprenant une période de suivi plus longue doivent être menées pour pouvoir se prononcer sur l'efficacité de l'approche ostéopathique pour les céphalées[29], [30].

En ce qui concerne l'approche cranio-sacrée, Green et al. [31] ont relevé que sur les sept études existantes, six étaient de mauvaise qualité et utilisaient des méthodes ne pouvant évaluer correctement l'efficacité de cette approche. La dernière[32] a relevé les effets péjoratifs de cette approche sur des sujets souffrant de lésion cérébrale post-traumatique.

Le dispositif appendiculaire

Peu d'études existent dans ce domaine. Lors d'entorse de cheville, Eisenhart et al. [33] ont montré qu'un traitement ostéopathique effectué en urgence diminuait la douleur et l'œdème rapidement après la manipulation et perfectionnait l'amplitude de mouvement à une semaine.

L'épicondylite chronique pourrait être soulagée par un traitement ostéopathique. L'étude de Geldschlager[34] ne permet cependant pas de le confirmer. Des études utilisant un groupe de contrôle sans traitement manuel sont nécessaires pour mieux se prononcer.

Pour le syndrome du canal carpien, une étude pilote non-expérimentale évoque la possibilité que l'ostéopathie puisse être bénéfique à long terme (3 mois) [35]. Ces observations sont soutenues par les recherches effectuées sur cadavres[36], [37].

Le traitement du conflit sous-acromial est peu documenté. Il existe une évidence limitée[38] que la mobilisation, la manipulation ou la physiothérapie aient un effet bénéfique vu le peu d'études sur le sujet. L'unique étude citée qui étudie la manipulation ou la mobilisation est celle de Winters et al. [39], [40] qui a montré que la thérapie manuelle semble avoir de meilleurs effets sur la durée des symptômes que les exercices (physiothérapie) mais que ces deux méthodes sont moins efficaces que l'infiltration.

En gynéco-obstétrique

L'ostéopathie soulagerait les douleurs musculosquelettiques des femmes enceintes et réduirait leur besoin en médication avant[41] et pendant l'accouchement[42].

Une étude rétrospective[43] évoque la possibilité que le traitement ait aussi un effet bénéfique sur le futur nouveau-né en diminuant le risque d'accouchement avant-terme et la présence de méconium dans le liquide amniotique.

Enfin, une étude pilote[44] évoque la possibilité que l'ostéopathie crânienne puisse faciliter la naissance des contractions utérines chez les femmes à terme.

En pédiatrie

L'ostéopathie s'est montrée efficace pour diminuer les récidives d'otites[45].

Le traitement ostéopathique pourrait avoir un effet bénéfique du moins à court terme chez l'enfant asthmatique en augmentant ses valeurs de peak flow[46] tandis qu'aucun bénéfice n'a pu être mis en évidence chez l'adulte[47]. Plus d'études dans ce domaine sont nécessaires pour pouvoir conclure[48].

L'intérêt de l'ostéopathie pour traiter les coliques du nourrisson, les reflux gastro-œsophagiens[49] et assurer le développement neurologique du nourrisson[50] reste controversé et demande à ce que des études cliniques randomisées soient effectuées. Une étude de compilation[51] met en doute l'utilité d'un traitement manuel pour les enfants souffrant du «KISS syndrome» (syndrome vestibulaire lié à un stress sous-occipital).

En postopératoire

Les bénéfices potentiels postopératoires en orthopédie d'un traitement ostéopathique ne sont pas clairement établis. En effet, deux études[52], [53] comprenant des lacunes méthodologiques aboutissent à une conclusion positive, tandis que celle de Licciardone et al. [54] montre le contraire.

En gériatrie

En gériatrie, l'ostéopathie semble avoir un effet bénéfique sur la capacité de récupération des patients hospitalisés pour une pneumonie. Les patients ont pu arrêter leur antibiothérapie deux jours plus tôt et leur séjour a duré deux jours de moins que le groupe contrôle (SHAM) [55].

De même l'ostéopathie pourrait avoir un effet bénéfique sur la réponse immunitaire des patients âgés vaccinés contre la grippe[56].

Divers

Des études nécessitant qui plus est amples investigations laissent penser que l'ostéopathie pourrait être profitable pour perfectionner la qualité de vie des patients souffrant de fibromyalgie[57], de dépression[58], de sclérose en plaque[59] ou de trouble fonctionnel digestif[60].

Finalement, tous motifs de consultation confondus, les patients sont particulièrement satisfaits de leur prise en charge ostéopathique aux États-Unis et constatent le plus souvent une diminution de l'intensité de leur douleur et une augmentation de leur mobilité[61]. La satisfaction du patient n'est cependant pas obligatoirement un bon indicateur de l'efficacité du traitement[62].

Belgique

La spécialité s'est vu consacrée depuis 2007. Le titre d'ostéopathe est attribué aux personnes ayant suivi une formation d'ostéopathie.

Canada

La réglementation dépend des provinces. En Ontario, la pratique tombe sous le statut des «praticiens ne prescrivant pas de médicaments». En Saskatchewan, l'ostéopathie est réglementée et réservée aux ostéopathes américains ainsi qu'aux médecins canadiens. Au Québec, il n'existe pas encore de réglementation concernant les pratiques ostéopathiques. Dans les autres provinces, les ostéopathes américains sont seuls autorisés à demander une accréditation.

Vision de l'ostéopathie et statut des ostéopathes

Des années 1970 à 1997, de nombreux procès pour exercice illégal de la médecine ont été intentés contre des ostéopathes, conduisant la majorité des ostéopathes exclusifs à une méfiance envers le corps médical.

Pour l'Académie nationale de médecine, l'ostéopathie fait partie des «doctrines irrationnelles et antiscientifiques» [63], [64]. Avant 2007, on pouvait lire sur le site de cette académie que les ostéopathes exclusifs étaient reconnus comme des charlatans.

Un changement d'opinion s'est opéré progressivement, au fur et à mesure de l'augmentation du nombre de français traités par l'ostéopathie, du nombre grandissant d'articles dans la presse, et de la publication d'une loi et d'un décret intervenant 10 ans après la décision européenne de reconnaître l'ostéopathie.

L'Académie nationale de médecine admet désormais la pratique de la médecine manuelle-ostéopathie si elle est exercée par des médecins. Elle s'est vu consacrée comme une orientation du médecin, qu'il soit généraliste ou spécialiste. La Sécurité sociale rembourse la consultation d'un médecin ostéopathe selon l'acte réalisé (manipulation du rachis, traitement manuel d'un membre, etc. ). La consultation de l'ostéopathe non-médecin n'est bien entendu pas prise en charge par la Sécurité sociale dans la mesure où il s'agit d'un praticien ni médical ni paramédical. En effet, les ostéopathes non médecins sont des professionnels autonomes, indépendants de toute instance législative ou ordinale, mais bien bien entendu soumis au code civil et pénal comme tout citoyen. Le médecin ostéopathe quant à lui est soumis au Code de santé publique, au Code de déontologie médicale, au code de la Sécurité Sociale [65] et au conseil national de l'Ordre des médecins.

Depuis la naissance d'un cadre légal en 2002, dans le cadre de contrats spécifiques, certaines assurances complémentaires remboursent les frais liés à la consultation d'un ostéopathe.

Législation

Le gouvernement français a proposé la définition administrative suivante de l'ostéopathie : «L'ostéopathie et la chiropraxie forment un ensemble de pratiques manuelles ayant pour but d'identifier les dysfonctionnements de mobilité du corps et d'y remédier par des techniques appropriées. » Cette définition n'a pas été acceptée par les associations représentatives des ostéopathes et des chiropraticiens, ce qui semble normal vu que la chiropraxie et l'ostéopathie divergent sur bien des points.

Des décrets récemment parus excluent strictement l'enseignement de ces deux derniers domaines hautement controversés dans les écoles d'ostéopathie françaises[66].

Depuis la loi Kouchner de mars 2002 (art. 75), qui reconnaît le titre d'ostéopathe et de chiropraticien, l'ostéopathie pratiquée par les non-médecins n'est plus illégale en France. La formation est cependant sous contrôle du Ministère de la Santé. Les médecins quant à eux peuvent la pratiquer comme une orientation d'exercice, tout comme un homéopathe ou un acupuncteur.

Le creuset de pratiques et les différences de statut professionnel (médecins, kinésithérapeutes, non-kiné non-médecin) ont conduit à des tractations serrées entre les différentes associations représentatives.

Ce n'est que le 27 mars 2007, après plusieurs manifestations d'étudiants en écoles privées d'ostéopathie non-médicale et un recours en Conseil d'État, que les décrets paraissent au Journal officiel. Les ostéopathes auront désormais une pratique réglementée et pourront être consultés en première intention. L'art. 1er stipule : «Les praticiens justifiant d'un titre d'ostéopathe sont autorisés à pratiquer des manipulations ayant pour seul but de prévenir ou de remédier à des troubles fonctionnels du corps humain, à l'exclusion des pathologies organiques qui nécessitent une intervention thérapeutique, médicale, chirurgicale, médicamenteuse ou par agents physiques»[67].

En d'autres termes, l'ostéopathie est admise comme médecine douce, mais ne doit pas se substituer au soin de pathologies nécessitant des interventions médicales poussées, surtout l'usage de médicaments ou l'intervention chirurgicale). De plus, la pratique de manipulations du rachis cervical mais aussi la pratique de manipulations du crâne, de la face et du rachis chez le nourrisson de moins de six mois sont réservées aux titulaires d'un diplôme médical ou paramédical, ou nécessiteront un diagnostic établi par un médecin attestant l'absence de contre-indication médicale à l'ostéopathie. En pratique, cette attestation est loin d'être évidente à obtenir pour le patient.

Formation

Les médecins voulant se former à la pratique de la médecine manuelle ostéopathie peuvent suivre, pendant leur internat (à partir de la 7e année d'étude de médecine) l'enseignement d'un diplôme inter-universitaire. La formation est assurée par des médecins professeurs d'anatomie, de rhumatologie, de neurologie, etc.

Pour les écoles privées destinées aux non-médecins, la commission d'agrément des établissements privés de formation en ostéopathie non-médicale a rendu ses conclusions au mois d'août 2007. Une commission de rattrapage s'est tenue le 4 septembre 2007, puis à de nombreuses reprises laissant présager de nombreuses pressions de toutes parts. Les établissements autorisés à délivrer un diplôme d'ostéopathie sont à l'heure actuelle au nombre de 49 entreprises, laissant ainsi un doute certain sur les débouchés pour les nouveaux étudiants [68]. Dans ces écoles privées, les étudiants sont diplômés après 3 ou 5 ans d'études. Les enseignants sont des ostéopathes non-médecins et des médecins, ou alors des chercheurs, en ce qui concerne l'apprentissage des disciplines médicales (anatomie, physiologie, pathologie, radiologie, etc. ).

De nombreux ostéopathes constitués en 5 ou 6 années dans des écoles existant avant la loi de 2002, quelle que soit leur formation d'origine (post-bac, paramédical ou médicale), ont déclaré leur inquiétude quant aux nombres d'écoles ayant été créées entre 2002 et 2007 (en particulier celles créées en 2007). Pour les professionnels de santé (médecins, sage-femmes), on peut saluer depuis peu la naissance du diplôme universitaire d'ostéopathie donnant un gage de qualité à une pratique trop fréquemment non rationnelle.

Pour les professions de santé, la loi définit un nombre minimal de 1 200 heures de formation pratique et théorique dans le cadre universitaire ou de formation médicale continue. Pour les personnes titulaires d'un baccalauréat, la formation légale est d'uniquement 2 660 heures d'enseignement des sciences principales, de la biologie, de la théorie, et de pratique de l'ostéopathie. Les techniques se rapportant aux sphères crânienne et viscérale n'ont pas été supprimées par les décrets quoiqu'une particulièrement forte pression fût exercée en ce sens. De nombreuses écoles-entreprises privées, soucieuses de respecter ces décretsont pris l'initiative d'ajouter au cursus légal de 3 ans 2 années supplémentaires.

Sachant que les médecins pratiquant l'ostéopathie sont généralistes ou spécialistes, ces derniers ont par conséquent une formation d'au moins BAC+9 dans une faculté de médecine et dans un Centre Hospitalier Universitaire.

Suisse

En Suisse, la Commission sanitaire suisse, composée de médecins, autorise tout ostéopathe reconnu (5 ans d'études à plein temps plus 2 ans de stages) à appliquer toutes techniques ostéopathiques sur la totalité du corps du patient depuis janvier 2008. Ces techniques sont enseignées à l'École suisse d'ostéopathie à Lausanne ainsi qu'à la Libera università degli studi di scienze umane e tecnologiche à Lugano, seules écoles reconnues de Suisse.

La Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé[69] a émis des directives aux cantons pour réglementer l'ostéopathie et a défini les modalités pour recevoir un Diplôme intercantonal d'ostéopathie. La formation requise pour se présenter à l'examen intercantonal est de 5 ans d'études à plein temps plus 2 ans d'assistanat depuis le 1er janvier 2007.

En Suisse, l'ostéopathie plein temps est aujourd'hui enseignée par deux écoles privées, l'École Suisse d'ostéopathie à Lausanne [70], et la Libera università degli studi di scienze umane e tecnologiche à Lugano[71]. La Fédération suisse d'ostéopathie[72] réunit les ostéopathes répondant aux critères de la CDS et est l'interlocuteur privilégié de la profession avec l'État.

Autres pays

Le Royaume-Uni reconnaît cette spécialité exercée par divers praticiens de toutes étiquettes. La formation est universitaire et les ostéopathes, reconnus depuis 1993, sont composés à plus de 90 % de non-médecins, non-kinésithérapeutes. Seuls les praticiens enregistrés à l'Ordre des ostéopathes (GOsC) peuvent porter le titre d'ostéopathe. La formation continue est obligatoire.

Historiquement de nombreux ostéopathes français ont suivi leur formation d'origine en Angleterre.

La Suède, la Norvège et la Finlande reconnaissent depuis 1994 un tronc commun d'études médicales. Les étudiants peuvent ensuite choisir une formation officielle dans une médecine non conventionnelle.

Aux États-Unis, les ostéopathes portent le titre de Docteur en Ostéopathie (D. O. ). Ils sont constitués dans des écoles de médecine ostéopathique et ont les mêmes droits que les docteurs en médecine (Medical Doctors- M. D. s). Ils ne peuvent cependant en porter le titre [73] sans avoir au préalable enregistré la modification de statut.

En Espagne, le statut d'ostéopathe n'est pas encore reconnu. Cependant, il existe un Registre officiel d'ostéopathes[74].

Critiques et risques

L'ostéopathie a fait l'objet de critiques liées au fait que le lien entre sa pratique et la guérison n'est pas prouvé scientifiquement. En effet, certains tests montrent que l'ostéopathie n'est pas plus efficace qu'un traitement placebo (cf. supra). Pour certains, l'ostéopathie est basée sur des théories dogmatiques et des croyances contestables [64]. Selon un rapport de l'Académie nationale de médecine de janvier 2006, «Parmi les connaissances scientifiques exposées, certaines (par exemple, la mobilité des os du crâne chez l'adulte) sont complètement fantaisistes. Énormément d'autres, qui se rattachent à des notions plus classiques, sont teintées d'imaginaire. […] Comment peut-on, sur de telles bases, fonder une approche diagnostique ? […] Ériger en dogme qu'un dispositif d'équilibre complexe tend à l'auto-régulation ainsi qu'à l'auto-guérison, sans préciser que, malheureusement et dans bien des cas, ce "dispositif" reste inopérant, c'est mettre en péril la santé d'autrui»[1]

D'autre part, des inquiétudes ont été formulées vis-à-vis des risques liés aux techniques de manipulation utilisées par certains ostéopathes. Des manipulations mal indiquées ou mal faites peuvent en effet causer des troubles sérieux. Le «craquement du cou», obtenu par une poussée cervicale à haute vitesse et de faible amplitude, a retenu l'attention des médias en raison d'un risque envisageable d'occlusion artérielle et par conséquent d'accident vasculaire cérébral. Quoique les données actuelles ne puissent pas apporter une estimation concluante des risques d'atteinte des artères cervicales, des chercheurs ont déclaré qu'on pouvait envisager un risque théorique d'AVC d'environ 1, 3 pour 100 000 séance pour des individus âgés de 45 ans, avec un intervalle de confiance à 95 % de probabilités compris entre 0, 5 et 16, 7[75]. Ces données concernent essentiellement les visites de chiropratique, mais les ostéopathes peuvent aussi pratiquer des manipulations cervicales. Selon le professeur Louis Auquier, «Les manipulations vertébrales, en particulier au rachis cervical, comportent des risques, particulièrement rares mais graves. Il convient qu'elles soient proposées aux malades à côté ou en plus d'autres traitements envisageables.»[76]

Une synthèse des données disponibles dans la littérature fait état de 135 cas de complications sérieuses entre 1950 et 1980, dont 18 décès[77]. Ces cas semblent liés à une méconnaissance du diagnostic réel ou à une technique inédquate. Un autre étude portant sur 4712 traitements recense 55 % d'effets secondaires (contractures musculaires, nausées, fourmillement, petites radiculalgies…) pouvant disparaître sans complication sévère dans 75 % des cas[78].

Notes et références
  1. ab Ostéopathie - Chiropraxie, L'Académie de Médecine s'exprime sans ambiguïté, site de l'AFIS.
  2. Rehacek E., Vaucher P. Choosing Interventions in Osteopathy, A Grounded Theory Study, Osteopathic Centre of Areuse, Switzerland, 2007 (inédit)
  3. Ward, Robert C. et al. , Foundations for Osteopathic Medicine (2ème éd. ). Philadelphia : Lippincot Williams and Wilkins. ISBN 0-7817-3497-5.
  4. «A Comparison of Osteopathic Spinal Manipulation with Standard Care for Patients with Low Back Pain», New England Journal of Medicine[réf.  incomplète]
  5. Williams N. H., Wilkinson C., Russell I., Edwards R. T., Hibbs R., Linck P., Muntz R. «Randomized osteopathic manipulation study (ROMANS)  : pragmatic trial for spinal pain in primary care», Fam. Pract. , 2003 déc. 20 (6), pp. 662-9.
  6. Brealey S., Burton K., Coulton S., Farrin A., Garratt A., Harvey E., Letley L., Martin J., Klaber M. J., Russell I., Torgerson D., Underwood M., Vickers M., Whyte K., Williams M. (UK BEAM Trial Team). «United Kingdom back pain exercise and manipulation (UK BEAM) randomised trial : effectiveness of physical treatments for back pain in primary care», BMJ, 2004 déc. 11 ; 329 (7479), pp. 1377-1385.
  7. Burton A. K., Tillotson K. M., Cleary J. «Single-blind randomised controlled trial of chemonucleolysis and manipulation in the treatment of symptomatic lumbar disc herniation», Eur. Spine J. , 2000 juin 9 (3), pp. 202-7.
  8. Bonneville J. F., Runge M., Tang Y. S., Meyer A., Millot C. «Risques et échecs de la chimionucléolyse : essai de classification morphologique des hernies discales lombaires». In : Simon L., Hérisson C., Privat J. -M. (Éd. ), La hernie discale lombaire, Masson, Paris, 1990, pp. 207-15
  9. Andersson G. B., Lucente T., Davis A. M., Kappler R. E., Lipton J. A., Leurgans S. «A comparison of osteopathic spinal manipulation with standard care for patients with low back pain», N. Engl J. Med. , 1999 nov. 4, 341 (19), pp. 1426-31.
  10. Burton A. K., McClune T. D., Clarke R. D., Main C. J. «Long-term follow-up of patients with low back pain attending for manipulative care : outcomes and predictors», Man Ther. , 2004 févr. 9 (1), pp. 30-5.
  11. Fritz J. M., Whitman J. M., Flynn T. W., Wainner R. S., Childs J. D. «Factors related to the inability of individuals with low back pain to improve with a spinal manipulation», Phys. Ther. 2004 févr., 84 (2), pp. 173-90.
  12. Ernst E., Harkness E. «Spinal manipulation : a systematic review of sham-controlled, double-blind, randomized clinical trials», J. Pain Symptom Manage, 2001 oct. 22 (4), pp. 879-89
  13. Licciardone J. C., Stoll S. T., Fulda K. G., Russo D. P., Siu J., Winn W., Swift J. Jr. «Osteopathic manipulative treatment for chronic low back pain : a randomised controlled trial», Spine, 2003 juill. 1, 28 (13), pp. 1355-62.
  14. Noll D. R., Degenhardt B. F., Stuart M., McGovern R., Matteson M. «Effectiveness of a sham protocol and adverse effects in a clinical trial of osteopathic manipulative treatment in nursing home patients», J. Am. Osteopath Assoc. , 2004 mars, 104 (3), pp. 107-13.
  15. Assendelft W. J., Morton S. C., Yu E. I., Suttorp M. J., Shekelle P. G. «Spinal manipulative therapy for low back pain. A meta-analysis of effectiveness relative to other therapies», Annals of Internal Medicine, 2003 juin, 138 (11), pp. 871-81.
  16. Bronfort G., Haas M., Evans R. L., Bouter L. M. «Efficacy of spinal manipulation and mobilization for low back pain and neck pain : a systematic review and best evidence synthesis», Spine J. , 2004 mai-juin, 4 (3), pp. 335-56.
  17. Ferreira M. L., Ferreira P. H., Latimer J., Herbert R., Maher C. G. «Dœs spinal manipulative therapy help people with chronic low back pain?», Australian Journal of Physiotherapy, 2002, 48 (4), pp. 277-84.
  18. Vernon HT. «Qualitative review of studies of manipulation-induced hypoalgesia», J. Manipulative Physiol. Ther. , 2000, 23, pp. 134-8.
  19. Riipinen M., Niemisto L., Lindgren K. A., Hurri H. «Psychosocial differences as predictors for recovery from chronic low back pain following manipulation, stabilizing exercises and physician consultation or physician consultation alone», J. Rehabil. Med. , 2005 mai, 37 (3), pp. 152-8.
  20. Fryer G., Alvizatos J., Lamaro J. «The effect of osteopathic treatment on people with chronic and sub-chronic neck pain : A pilot study», Int. J. Osteop. Med. , 2005, 8, pp. 41-48.
  21. McReynolds T. M., Sheridan B. J. «Intramuscular ketorolac versus osteopathic manipulative treatment in the management of acute neck pain in the emergency department : a randomized clinical trial», J. Am. Osteopath. Assoc. , 2005 févr. 105 (2), pp. 57-68.
  22. Gross A. R., Hoving J. L., Haines T. A., Goldsmith C. H., Kay T., Aker P., Bronfort G. «Cervical Overview Group. A Cochrane review of manipulation and mobilization for mechanical neck disorders», Spine, 2004 juill. 15, 29 (14), pp. 1541-8.
  23. Gross A. R., Kay T., Hondras M., Goldsmith C., Haines T., Peloso P., Kennedy C., Hoving J. «Manual therapy for mechanical neck disorders : a systematic review», Man Ther. 2002 août 7 (3), pp. 131-49.
  24. Bronfort G., Haas M., Evans R. L., Bouter L. M. «Efficacy of spinal manipulation and mobilization for low back pain and neck pain : a systematic review and best evidence synthesis», Spine J. , 2004 mai-juin, 4 (3), pp. 335-56.
  25. Ernst E. «Chiropractic spinal manipulation for neck pain : a systematic review», J. Pain, 2003 oct. 4 (8), pp. 417-21 ; discussion pp. 429-30.
  26. Cleland J. A., Childs J. D., McRæ M., Palmer J. A., Stowell T. «Immediate effects of thoracic manipulation in patients with neck pain : a randomized clinical trial», Man Ther. 2005, 10 (2), pp. 127-135
  27. Bronfort G., Assendelft W. J., Evans R., Haas M., Bouter L. «Efficacy of spinal manipulation for chronic headache : a systematic review», J. Manipulative Physiol. Ther. , 2001 sept., 24 (7), pp. 457-66.
  28. Jull G., Trott P., Potter H., Zito G., Niere K., Shirley D., Emberson J., Marschner I., Richardson C. «A randomized controlled trial of exercise and manipulative therapy for cervicogenic headache», Spine, 2002, sept. 1, 27 (17), pp. 1835-43
  29. Fernandez-de-Las-Penas C., Alonso-Blanco C., Cuadrado M. L., Pareja J. A. «Spinal manipulative therapy in the management of cervicogenic headache», Headache, 2005 oct., 45 (9), pp. 1260-3.
  30. Eldridge L., Russell J. «Effectiveness of cervical spine manipulation and prescribed exercise in reduction of cervicogenic headache pain and frequency : A single case study experimental design», Int. J. osteo Med. , 2005, 8, pp. 106-113
  31. Green C., Martin C. W., Bassett K., Kazanjian A. B. C., «A systematic review of craniosacral therapy : biological plausibility, assessment reliability and clinical effectiveness», Complement Ther. Med. , 1999 déc., 7 (4), pp. 201-7
  32. Greenman P. E., McPartland J. M. «Cranial findings and iatrogenesis from craniosacral manipulation in patients with traumatic brain syndrome», J. Am. Osteopath. Assoc. 1995, 95 (3), pp. 182-188
  33. Eisenhart A. W., Gæta T. J., Yens D. P. «Osteopathic manipulative treatment in the emergency department for patients with acute ankle injuries», J. Am. Osteopath. Assoc. , 2003 sept. 103 (9), pp. 417-21.
  34. Geldschlager S. «Osteopathic versus orthopedic treatments for chronic epicondylopathia humeri radialis : a randomized controlled trial», Forsch Komplementarmed Klass Naturheilkd, 2004 avr., 11 (2), pp. 93-7.
  35. Sucher B. M. «Palpatory diagnosis and manipulative management of carpal tunnel syndrome», J. Am. Osteopath. Assoc. , 1994 août, 94 (8), pp. 647-63.
  36. Sucher B. M., Hinrichs R. N., Welcher R. L., Quiroz L. D., St Laurent B. F., Morrison B. J. «Manipulative treatment of carpal tunnel syndrome : biomechanical and osteopathic intervention to increase the length of the transverse carpal ligament : part 2. Effect of sex differences and manipulative "priming"», J. Am. Osteopath. Assoc. , 2005, mars, 105 (3), pp. 135-43. Erratum in : J. Am. Osteopath. Assoc. 2005 mai, 105 (5), p. 238.
  37. Sucher B. M., Hinrichs R. N. «Manipulative treatment of carpal tunnel syndrome : biomechanical and osteopathic intervention to increase the length of the transverse carpal ligament», J. Am. Osteopath. Assoc. , 1998 déc., 98 (12), pp. 679-86
  38. Desmeules F., Cote C. H., Fremont P. «Therapeutic exercise and orthopedic manual therapy for impingement syndrome : a systematic review», Clin. J. Sport. Med. , 2003 mai, 13 (3), pp. 176-82.
  39. Winters J. C., Sobel J. S., Grœnier K. H. «Comparison of physiotherapy, manipulation, and corticosteroid injection for treaiting shoulder complaints in general practice : randomised, single blind study», BMJ 1997, 314, pp. 1320-1325.
  40. Winters J. C., Jorritsma W., Grœnier K. H., Sobel J. S., Meyboom-de Jong B., Arendzen H. J. «Treatment of shoulder complaints in general practice : long term results of a randomised, single blind study comparing physiotherapy, manipulation, and corticosteroid injection», BMJ, 1999 mai 22, 318 (7195), pp. 1395-6.
  41. Brady R. E., Rottman J., Kappler R. E., Veith E. K. «Osteopathic manipulation to treat musculoskeletal pain associated with pregnancy», J. Am. Osteopath. Assoc. , 1997, 97, p. 479
  42. Guthrie R. A., Martin R. H. «Effects of pressure applied to the upper thoracic (placebo) versus lumbar areas (OMT) for inhibition of lumbar myalgia during labor», J. Am. Osteopath. Assoc. , 1982, 82, pp. 247-251
  43. King H. H., Tettambel M. A., Lockwood M. D., Johnson K. H., Arsenault D. A., Quist R. «Osteopathic manipulative treatment in prenatal care : a retrospective case control design study», J. Am. Osteopath. Assoc. , 2003 déc., 103 (12), pp. 577-82.
  44. Gitlin R. S., Wolf D. L. «Uterine contractions following osteopathic cranial manipulation - A pilot study», J. Am. Osteopath. Assoc. , 1992, 92, p. 1183
  45. Mills M. V., Henley C. E., Barnes L. L., Carreiro J. E., Degenhardt B. F. «The use of osteopathic manipulative treatment as adjuvant therapy in children with recurrent acute otitis media», Arch. Pediatr. Adolesc. Med. , 2003 sept., 157 (9), pp. 861-6.
  46. Guiney P. A., Chou R., Vianna A., Lovenheim J. «Effect of osteopathic manipulative treatment on pediatric patients with asthma : a randomised controlled trial», J. Am. Osteopath. Assoc. , 2005, 105 (1), pp. 7-12.
  47. Bockenhauer S. E., Julliard K. N., Sing Lo K., Huang E., Sheth A. M., «JAOA Original contribution; Quantifiable effect of ostéopathic manipulative techniques on patients with chronic asthma», J. Am. Osteopath. Assoc. , 2002, 102 (7), pp. 371-375
  48. Hondras M. A., Linde K., Jones A. P. «Manual therapy for asthma», Cochrane Database Syst. Rev. , 2005 avr., 18 (2), CD001002
  49. Joyce P., Clark C. «The use of craniosacral therapy to treat gastrœsophageal reflux in infants», Inf. Young Children, 1996, 9 (2), pp. 51-58
  50. Frymann V. M., Carney R. E., Springall P. «Effect of osteopathic medical management on neurologic development in children», J. Am. Osteopath. Assoc. , 1992, juin, 92 (6), pp. 729-44.
  51. Brand P. L., Engelbert R. H., Helders P. J., Offringa M. «Systematic review of the effects of therapy in infants with the KISS-syndrome (kinetic imbalance due to suboccipital strain)», Ned Tijdschr Geneeskd 2005 mars 26, 149 (13), 703-7.
  52. Jarski R. W., Loniewski E. G., Williams J., Bahu A., Shafinia S., Gibbs K., Muller M. «The effectiveness of osteopathic manipulative treatment as complementary therapy following surgery : a prospective, match-controlled outcome study», Altern Ther Health Med. , 2000 sept. 6 (5), pp. 77-81.
  53. Brittain P. D., Stoll S. T., Dickey J. A., Licciardone J. C., Romanski V. V. «Efficacy of osteopathic manipulative treatment in improving clinical outcomes in patients with orthopædic diagnoses admitted to a hospital-based rehabilitation unit», J. Am. Osteopath. Assoc. , 1999, 99, p. 422
  54. Licciardone J. C., Stoll S. T., Cardarelli K. M., Gamber R. G., Swift J. N. Jr, Winn W. B. «A randomized controlled trial of osteopathic manipulative treatment following knee or hip arthroplasty», J. Am. Osteopath. Assoc. , 2004 mai, 104 (5), pp. 193-202.
  55. Noll D. R., Shores J. H., Gamber R. G., Herron K. M., Swift J. Jr. «Benefits of osteopathic manipulative treatment for hospitalized elderly patients with pneumonia», J. Am. Osteopath. Assoc. , 2000 déc. 100 (12), pp. 776-82.
  56. Noll D. R., Degenhardt B. F., Stuart M. K., Werden S., McGovern R. J., Johnson J. C. «The effect of osteopathic manipulative treatment on immune response to the influenza vaccine in nursing homes residents : a pilot study», Altern. Ther. Health Med. , 2004 juill. -août, 10 (4), pp. 74-6
  57. Gamber R. G., Shores J. H., Russo D. P., Jimenez C., Rubin B. R. «Osteopathic manipulative treatment in conjunction with medication relieves pain associated with fibromyalgia syndrome : results of a randomized clinical pilot project», J. Am. Osteopath. Assoc. , 2002 juin, 102 (6), pp. 321-5.
  58. Plotkin B. J., Rodos J. J., Kappler R., Schrage M., Freydl K., Hasegawa S., Hennegan E., Hilchie-Schmidt C., Hines D., Iwata J., Mok C., Raffælli D. «Adjunctive osteopathic manipulative treatment in women with depression : a pilot study», J. Am. Osteopath. Assoc. , 2001 sept., 101 (9), pp. 517-23
  59. Yates H. A., Vardy T. C., Kuchera M. L., Ripley B. D., Johnson J. C. «Effects of osteopathic manipulative treatment and concentric and eccentric maximal-effort exercise on women with multiple sclerosis : a pilot study», J. Am. Osteopath. Assoc. 2002 mai, 102 (5), pp. 267-75.
  60. Riot F. M., Goudet P., Mouraux J. P., Cougard P. «Levator ani syndrome, functional intestinal disorders and articular abnormalities of the pelvis, the place of osteopathic treatment», Presse Med. , 2004 juill. 31, 33 (13), pp. 852-7.
  61. Licciardone J., Gamber R., Cardarelli K. «Patient satisfaction and clinical outcomes associated with osteopathic manipulative treatment», J. Am. Osteopath Assoc. , 2002 janv. 102 (1), pp. 13-20.
  62. Hurwitz E. L., Morgenstern H., Yu F. «Satisfaction as a predictor of clinical outcomes among chiropractic and medical patients enrolled in the UCLA low back pain study», Spine, 2005 oct., 30 (19), pp. 2121-28
  63. Bulletin de l'Académie nationale de médecine, 1987, pp. 945-951.
  64. ab Ostéopathie, médecine holistique ou outil thérapeutique ?
  65. Code de la sécurité sociale
  66. SANP0721336A
  67. Décret n°2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes ainsi qu'aux conditions d'exercice de l'ostéopathie
  68. Liste des établissements agréés dispensant une formation en ostéopathie [pdf]
  69. CDS-GDK
  70. École Suisse d'ostéopathie
  71. Libera università degli studi di scienze umane e tecnologiche
  72. Fédération suisse d'ostéopathie
  73. Is a D. O. an M. D?
  74. www. osteopatas. org
  75. Kapral M. K. et Bondy S. J., «Cervical manipulation and risk of stroke», Canadian Medical Association Journal, 2001, oct., 165, pp. 907–908.
  76. «Entretien avec le Pr. Louis Auquier», Science et Pseudo-sciences, n° 272, juillet-août 2006.
  77. (en) Laderman J. P., «Accidents of spinal manipulations», Ann. Swiss chiropractors assoc. , 1981 ; 7 : 161-208.
  78. (en) Power F. C., Hanigan W. C., Olivero W., «A risk/benefis analysis of spinal manipulation for relief on lumbar or cervical pain», Neurochirurgy, 1993 ; 33 : 73-78.

Bibliographie

  • Auquier, O., Ostéopathie : principes et applications ostéoarticulaires, Elsevier Masson, Issy-les-Moulineaux, 2007, 161 p. (ISBN 978-2-84299-806-6)
  • Bailly, E, . Les ostéopathes face à la contrainte institutionnelle : genèse d'une professionnalisation, Université de Nantes, 2005.
  • (en) Cagnie, B., «» ([pdf]), Ghent, 2005.
  • Camirand, N., Dysfonctions glandulaires et nerveuses : diagnostics et traitements ostéopathiques, Maloine, Paris, 182 p. (ISBN 978-2-224-03121-3)
  • Chantepie, A. et Pérot, J. -F., Ostéopathie du sport, Maloine, Paris, 2009, XXV-212 p. (ISBN 978-2-224-03107-7)
  • Chauffour, P. et Prat, É., Le lien mécanique ostéopathique : théorie et pratique, Éditions Sully, Vannes, 2009, 205 p. (ISBN 978-2-911074-62-2)
  • Ghanem, M. et Fialaix, L., Peut-on tout soigner par l'ostéopathie ?, Hachette Pratique, Paris, 2008, 221 p. (ISBN 978-2-0123-7361-7)
  • Guillaume, J. -P., Être vivant : l'ostéopathie, nouvelle médecine humaniste, Éditions Anne Carrière, Paris, 2009, 266 p. (ISBN 978-2-8433-7540-8)
  • Hématy-Vasseur, F., Le T. O. G.  : du traitement ostéopathique général à l'aprécisément du corps, Sully, Vannes, 2009, 230 p. (ISBN 978-2-35432-030-0)
  • Huteau, B., Le Bourdais, F. et Usureau, O., Diagnostic ostéopathique : rachis et squelette appendiculaire, Maloine, Paris, 356 p. (ISBN 978-2-224-03008-7)
  • Javerliat, P., Précis de matière ostéopathique, Sully, Vannes, 2008, 245 p. (ISBN 978-2-35432-021-8)
  • Sergueef, N., Ostéopathie pédiatrique, Issy-les-Moulineaux, Elsevier Masson, 2007, 441 p. (ISBN 978-2-84299-917-9)
  • Toffaloni, S., Sport et ostéopathie : deux alliés indispensables, J. Lyon, Paris, 2009, 141 p. (ISBN 978-2-84319-182-4)

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Ost%C3%A9opathie.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 24/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu