Thermalisme

Le thermalisme est la totalité des activités liées à l'exploitation ainsi qu'à l'utilisation des eaux thermales. Cela se rapporte autant à l'histoire, l'économie, les acteurs, le patrimoine qu'à la totalité des moyens mis en œuvre dans les...



Catégories :

Thermalisme - Piscine

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Cure thermale à l'étranger. Deux facteurs essentiels de la réussite d'une cure... Ce qu'il faut savoir, c'est que le thermalisme est déjà particulièrement bien... (source : doctissimo)
  • Cure thermale : quelle est l'efficacité du thermalisme ? La médecine thermale soulage chaque année un demi million de Français. Mais le thermalisme est -il... (source : e-sante)
  • ... le thermalisme est une médecine environnementale qui aide à prévenir et traiter certaines maladies chroniques.... Pour être bénéfique, une cure thermale doit se préparer.... N'oubliez pas que la cure thermale est un acte médical.... (source : mondial-assistance)
Thermes de Berzieri à Salsomaggiore Terme (Italie)

Le thermalisme est la totalité des activités liées à l'exploitation ainsi qu'à l'utilisation des eaux thermales. Cela se rapporte autant à l'histoire, l'économie, les acteurs, le patrimoine qu'à la totalité des moyens (médicaux, sanitaires, sociaux, administratifs…) mis en œuvre dans les stations thermales lors des cures thermales.

Le thermalisme historique est particulièrement différent du thermalisme d'aujourd'hui, devenu particulièrement médicalisé en France.


Les thermes de l'Antiquité
Article détaillé : Thermes romains.

Les bains au Moyen Âge

La médecine thermale existe depuis l'Antiquité. On plaçait alors les lépreux dans des bains, puis on les envoyait se sécher au soleil pour perfectionner leur guérison. Les blessés de guerre se retrouvaient aux thermes pour se rétablir. Il y avait une croyance spécifique dans les bienfaits de l'eau. Actuellement on respecte toujours les vertus de l'eau et on perfectionne son utilisation. En France, il y a plus de 1200 sources d'eau qui sont occupés par les Thermes. Le thermalisme est l'utilisation de l'eau minérale à des fins thérapeutiques.

Cette méthode médicale n'est pas une invention particulièrement récente, en fait, cela date de 3000 ans av. J. -C. Nous nous reportons par conséquent dans l'Antiquité. Les Romains vouaient à l'eau un véritable culte, ils construisaient des fontaines, des dispositifs d'aqueduc et des Thermes. Les Thermes ou gymnase grec, étaient d'immense bains chauds utilisé pour usages médicales, d'hygiène mais en particulier sociales. Ces bains publics étaient des lieux particulièrement représentatifs, on pouvait y admirer des sculptures, des peintures, des statues, ils représentaient le luxe. Les Grecs sont les précurseurs des canons de beauté, déjà à cette époque, il fallait que tout soit beau, grand et fort. Les Thermes étaient par conséquent des monuments énormes qui représentaient la richesse de la cité. On pouvait y accueillir jusqu'à 1000 personnes en même temps. Dans les Thermes, il y a quatre sections, l'entrée, une pièce à l'eau tiède, une à l'eau chaude et l'autre à l'eau froide. Déjà, on y exerçait la vasodilatation et la vasoconstriction des vaisseaux sanguins.

Henri IV crée la Charte des eaux minérales.

Les Eaux de la Belle Epoque

Le thermalisme connaitra un engouement exceptionnel au XIXe siècle, porté par la vague du romantisme.

Pour des raisons de facilité d'accès, les stations se développeront en premier lieu à proximité immédiate ou au sein des grandes villes. Particulièrement rapidement, l'extension rapide des liaisons ferroviaires rendra accessibles ces stations isolées pour les parisiens et les étrangers. [1]La croissance de la fréquentation s'emballera, et on passera de 22 000 curistes en 1822 à 120 000 en 1855.

Dans la chaîne pyrénéenne, pas moins de 31 stations thermales se développeront, portées par le goût impérial pour les villes d'eaux.


Le thermalisme actuellement en France

Le thermalisme se définit comme étant la totalité des moyens médicaux, sociaux, sanitaires, administratifs et d'accueil, mis en œuvre pour l'utilisation, à des fins thérapeutiques, des eaux minérales et thermales, des gaz thermaux et des boues. Le mot thermalisme implique que soit utilisée une eau dont les vertus curatives sont reconnues par le corps médical.

C'est en 1950 que les soins thermaux sont pris en charge par la Sécurité Sociale. Cette société prend en considération chaque station thermale et contrôle l'eau pour qu'il y ait zéro bactérie. Ce processus est tellement respecté qu'au moindre élément pathogène présente dans l'eau, il y a fermeture du centre. Même les hôpitaux n'ont pas un code d'hygiène tout autant poussé. Chaque établissement de soins doit être agréé dans le traitement d'une ou plusieurs orientations thérapeutiques et tous doivent être conventionnés par la Sécurité Sociale.

Établissement thermal des Eaux-Bonnes, Pyrénées-Atlantiques, 1830

Il existe en France 115 établissements implantés sur 102 sites. Plus de 500 000 patients effectuent une cure chaque année en France.

Les eaux thermales

On recense plus de 1 200 sources d'eaux thermales en France. Leur composition chimique spécifique leur confère des vertus thérapeutiques reconnues par l'Académie de Médecine. Ce statut leur donne des obligations, dans la mesure où elles doivent être délivrées pures, dans l'état où elles se trouvent à l'émergence, et stables dans le temps.

Le patient sera orienté vers un centre thermal ayant recours à une eau adaptée à sa pathologie selon sa composition minérale.

On classe les eaux minérales en cinq grandes catégories (bicarbonatées, sulfatées, sulfurées, chlorurées et oligo-métalliques faiblement minéralisées) et on les utilise dans douze orientations thérapeutiques.

La représentation des stations thermales

Créé en 2002, le Conseil National des Exploitants Thermaux, seul syndicat professionnel de la branche, regroupe la quasi-totalité des établissements thermaux. Son objectif est de travailler à la modernisation ainsi qu'à le perfectionnement de la médecine thermale.

Pour cela il s'est engagé dans une démarche conçue pour prouver l'intérêt médico-économique du Thermalisme, en lançant plusieurs études servant à valider scientifiquement le Service Médical Rendu (SMR) des cures.

Chiffres clés

  • 115 établissements thermaux répartis sur 102 stations thermales
  • En 2008, 492 331 patients ont reçu une prescription médicale de cure thermale
  • La rhumatologie représente plus des deux tiers des patients
  • 8, 8 millions de journées de cures dans le cadre de cures conventionnées
  • 2 millions de journées en cure capital santé
  • 0.3 % du budget de l'assurance maladie

Déroulement d'une cure

Article détaillé : Cure thermale.

La cure thermale la plus pratiquée est la cure médicale prescrite, prise en charge (en partie) par la Sécurité sociale. Cette cure est prescrite par un médecin traitant, généraliste ou spécialiste. Elle a lieu sur trois semaines, dont 18 jours de traitement. C'est un médecin thermal qui prescrit les soins (quatre soins obligatoires par jour en rhumatologie), ou alors une pratique alimentaire adaptée dans les stations traitant la nutrition, à l'arrivée du curiste dans la station thermale et qui le suit pendant toute la cure (trois visites médicales sont obligatoires durant le séjour).

Cures de remise en forme

Les thermes Chevalley d'Aix-les-Bains

Au-delà des utilisations médicales et thérapeutiques, il existe aussi un thermalisme d'agrément soit dans les établissements de cure, soit dans des établissements de balnéothérapie installés le plus fréquemment dans les grandes villes. Ces derniers sont sans lien avec la médecine et ne sont pas non plus liés à l'existence de sources thermales naturelles.

Ces cures libres médicalisées ou des séjours de remise en forme, d'une durée d'un week-end (minicures), d'une semaine ou plus.

Certains de ces établissements proposent à leur clients différentes installations telles que bains de vapeur, sauna finlandais, bains à remous, etc.


Notes
  1. Dax et Vernet-les-Bains sont reliées à Paris par le chemin de fer dès 1854, Plombières en 1860, Vichy en 1862, Le Mont-Dore et La Bourboule en 1882 Thermalisme et rail sources de progrés in "la vie du rail" n°1909

Bibliographie
  • Joseph-Barthélemy-François Carrère, Catalogue raisonné des ouvrages qui ont été publiés sur les eaux minérales généralement, et sur celles de la France surtout, Paris, 1785.
  • Guérard, Rapport général sur le service médical des eaux minérales de la France en 1864, Paris, 1864.
  • Jérôme Penez, «Les réseaux d'investissement dans le thermalisme au XIXe siècle en France», In Situ n° 4, mars 2004. [1]
  • Armand Wallon, La vie quotidienne dans les villes d'eaux, 1850-1914, Hachette, 1981, 349 p.
  • Dictionnaire Badoche, Guide du baigneur et du touriste, eaux minérales, bains, villes de plaisance, Paris, publié à partir de 1880.
  • Index médical des principales stations thermales et climatiques de France, publié par le Syndicat général des médecins des stations balnéaires et sanitaires de France, Paris, 1903.

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Thermalisme.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 24/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu